Vous êtes ici

Enap, culture : Art, culture, justice

Art, culture, justice

Une politique


L’Énap est la seule école de service publique à inscrire dans sa politique globale l’art et la culture comme dynamique transversale à la formation.

  • Une démarche innovante au service de la pédagogie, de la formation et de ses acteurs

La mise en œuvre de cette politique au sein de l’Énap, notamment à travers une proposition de parcours d’éducation artistique et culturelle, permet de faire se rencontrer savoir-faire et savoir-être, en favorisant les échanges et les différents modes de pensées.

  • Une démarche transversale

Le groupe « Culture », organe transversal représentant chaque direction de l’école, est le garant de la mise en œuvre des objectifs énoncés dans la Convention établie entre le ministère de la Culture et de la Communication et l’Énap. Intégré à l'Unité Communication, Actions Culturelles et Événementielles (UCACE), le service culturel de l'Énap accompagne et sensibilise les élèves aux enjeux de la culture : de l’ambition pédagogique à l’ancrage territorial qu’ils soutiennent.

  • Une démarche sociétale 

Proposer une politique artistique et culturelle c'est apprendre à reconnaître en chaque individu une identité culturelle contribuant au bien commun : futurs collègues, formateurs, institution, publics pris en charge… Un objectif sociétal qui rejoint l’ambition pédagogique de l’établissement.

Enap. Art, culture, justice. La culture à l'Enap.
Enap. Art, culture, justice. La culture à l'Enap.

ART, CULTURE & FORMATION


Mettre en oeuvre des projets

De la méthodologie de projet à la mise en pratique :

Riches d’initiatives et dans un objectif de professionnalisation, des groupes d’élèves se mobilisent pour porter des projets en lien avec leurs savoir-faire et les appétences. Leurs projets contribuent à la dynamique du campus, à l’action citoyenne et à l’interconnaissance tout en leur permettant d’acquérir des compétences clés pour les futurs métiers. L’accompagnement pédagogique s’appuie sur les compétences du Département Gestion et Management (DGM) pour la méthodologie de projet et de l’Unité Communication, Actions Culturelles et Événementielles (UCACE) pour la mise en pratique.

« Noël pour tous » : un exemple de projet solidaire.

Le projet « Noël pour tous » a été mené en décembre 2019 par des élèves de la 24e promotion de CPIP, en partenariat avec les Restos du Cœur et le Secours populaire. L’objectif de ce projet était d’une part la récolte de denrées alimentaires, de jouets, de livres, de produits d'hygiène, de vêtements… et d’autre part la sensibilisation le public de l’Énap au bénévolat. Le projet s’est clôturé avec le concert du beatboxer Kosh

« Celui qui ne voit pas ses propres faiblesses ne peut accepter celles des autres » : challenge solidaire et actions de sensibilisation.

À l’initiative d’un groupe d’élève de la 23e promotion de CPIP, une course solidaire de 5 km a été organisée en avril 2019 sur le campus, au profit de deux associations : « Planète autisme » et « Les Lutins de l’iscle ». Plus de 200 participants ont répondu présents, individuellement ou par équipes, et se sont dépassés pour la cause. Pour clôturer cette journée, le public a assisté au spectacle « Résonances », mené par une harpiste et un circassien de la Compagnie A’corps’D. Autour de cette manifestation, les élèves ont également organisé des actions de sensibilisation aux handicaps. Sept groupes d’élèves surveillants et deux groupes d’élèves CPIP ont ainsi suivi des ateliers de théâtre forum proposés par la Compagnie DIGAMÉ, ainsi que des ateliers de sensibilisation aux handicaps invisibles, ce qui leur a permis d’appréhender différemment le handicap, grâce notamment à des mises en situations.

« Lettres à Nour » de Rachid Benzine : aborder la radicalisation autrement

À l’initiative de deux élèves de la promotion de DPIP 13, l’Énap a accueilli en septembre 2020 une représentation de « Lettres à Nour », interprétée par son auteur, Rachid Benzine, et par la comédienne Joséphine Serre. Proposé aux élèves CPIP, DPIP et à la Classe Préparatoire Intégrée dans le cadre de leur formation, ce spectacle sur le thème de la radicalisation s’est poursuivi par un échange entre l’auteur, islamologue et politologue Rachid Benzine et le public.

Augmenter les apports pédagogiques par une approche artistique et culturelle

La programmation culturelle proposée chaque mois vient soutenir les contenus pédagogiques et les dynamiques initiées par les élèves. Les propositions permettent de s’interroger sur des thématiques abordées en cours ou lors des stages de professionnalisation, d’avoir un regard décalé et sensible sur ces questions de société.

  • Lutte contre les violences

Exposition « Les violences sexistes »

Action de sensibilisation mise en place par un groupe d’élèves de la 24e promotion de CPIP, l’exposition questionne, grâce à six chiffres clés, les violences sexistes « ordinaires » et leur ancrage dans notre société. Elle est illustrée par des extraits de la bande-dessinée « Les Crocodiles » de Juliette Boutant et Thomas Mathieu.

Voir le catalogue de l’exposition : « Les violences sexistes »

Caractéristique de l’exposition :
6 panneaux en toile (type kakémono) avec leur pied.

Renseignements et conditions de prêt :
anne-claire.landrieu@justice.fr ou celine.ernst@justice.fr

  • Maintien des liens familiaux

« Et le ciel est par terre » par la Compagnie À part entière

À l’initiative d’un groupe d’élèves, la lecture du texte de Guillaume Poix, « Et le ciel est par terre » est venue en introduction au module sur le maintien des liens familiaux pour la 22e promotion de CPIP, en janvier 2018. Elle est venue questionner l’enfermement physique et psychologique et la place de la famille dans notre société.

  • Droits des étrangers

« Un pays dans le ciel » de Aiat Fayez

Proposée en octobre 2019 à l’Énap, cette création, au plus proche des demandeurs d’asile, raconte avec sensibilité la souffrance de ces êtres venus de loin pour échapper au pire.

Appréhender l’action culturelle comme levier d’insertion : les modules culture

S’interroger sur la place et le rôle de l’art et la culture dans les pratiques professionnels est l’un des enjeux des modules culture mis en place en collaboration avec le Département probation et criminologie (DPC) et à destination de différents publics en formation (élèves Directeurs, CPIP, lieutenants...)

En 2018 et 2019 : Modules culture des CPIP 22 et 23.

Les élèves ont participé à des ateliers co-animés par un artiste et un personnel pénitentiaire ou un coordinateur culturel. Chacun de ces ateliers permettait aux élèves d'expérimenter une discipline artistique (théâtre d'improvisation, cirque, musique, BD, écriture...) tout en analysant la place et l’importance de la culture dans leur pratique professionnelle.

En 2021 : Module culture des CPIP 25 : « La culture comme outil de prévention »

Lors de ce module culture, les élèves CPIP se sont interrogés sur les enjeux de la culture en détention, à travers la présentation du Studio Images et Mouvements, lieu culturel permanent présent à l’intérieur de la SAS (structure d’accompagnement à la sortie) de la prison des Baumettes à Marseille et la présentation de film « D’une image l’autre » tournée à la SAS lors d’une formation sur l’art en prison mêlant personnels de l’administration pénitentiaire, de la culture et personnes détenues en formation audiovisuelle.

En 2021 : Module culture des DSP 50 et DPIP 14 : « Les activités culturelles »

Ce module a permis aux élèves directeurs de découvrir le projet « La prison enforestée » mené par l’artiste Arnaud Théval au sein de la Maison d’arrêt de Draguignan, entre 2017 et 2020. Ce projet artistique questionne la présence animale au sein de la prison. En résulte installation d’une vingtaine de clichés dans les bâtiments, qui témoignent de l’investissement de l’ensemble des personnels pénitentiaires de l’établissement et d’une partie des détenus. Les élèves se sont interrogés sur les freins et sur les bénéfices  d’un tel projet, ainsi que sur ses enjeux managériaux au sein d’un établissement. 

Professionnaliser les personnels pénitentiaires en charge de l’action culturelle

Le service culturel de l’Énap, en collaboration avec l’Unité de formation interdisciplinaire et continue (UFIC), met en place des formations Culture/Justice ouvertes aux surveillants, CPIP, DPIP, coordinateurs culturels, personnels de l’administration pénitentiaire.

« Faire vivre la culture en milieu pénitentiaire : le milieu ouvert » - Novembre 2018

Construite dans un objectif d’apports théoriques et réflexifs et d’échanges d’expériences, cette formation s’est appuyée sur une immersion au cœur d’un projet artistique autour de la danse, pour engager une réflexion sur la pertinence et les enjeux des actions culturelles et leurs apports dans la pratique d’intervention auprès des personnes placées sous main de justice en milieu ouvert.

« Faire vivre la culture en milieu pénitentiaire : la résidence d’artiste comme expérience de coopération » - Février 2020

Accueillie dans les locaux de Lieux Fictifs à la SAS des Baumettes et à la Friche La belle de Mai, cette formation d’une semaine s’est tenue en février 2020, en présence d’artistes, d’acteurs du monde culturel et de détenus en formation audiovisuelle. Quatre jours de formation réflexive pour expérimenter, créer, partager. Les stagiaires ont pu mettre en résonance leurs interrogations liées à l’art et à la culture en prison, alimentées par les interventions d’acteurs de terrain, d’un représentant du Ministère de la Culture, de personnes en détention…

Consolider l’identité professionnelle pénitentiaire

L’art et la culture font partie de l’essence de l’école. Au-delà d’une visibilité dynamique et moderne, c’est une image fédératrice autour d’une culture de savoirs partagés qui s’affirme. L’art et la culture sont des vecteurs privilégiés de rencontre, de partage et de cohésion entre divers acteurs et participent à la création d’une intelligence et d’une identité collective.

Dans le cadre d’un projet mené par un groupe d’élèves CPIP 24 entamé début 2020 et clôturé début 2021, la compagnie Digamé est venue à deux reprises à l’Énap pour animer des ateliers de théâtre forum, ainsi que plusieurs temps de restitution en public. Cette action, inscrite dans le cadre pédagogique, a notamment permis aux participants, acteurs d’un soir ou simples spectateurs, de s’interroger sur les relations entre surveillants et CPIP. Le théâtre forum est un outil de débat : à partir des saynètes proposées, chacun peut intervenir, proposer des réponses et  s’exprimer en tant que citoyen/citoyenne. 

Art, culture et société


Le spectacle vivant contribue à nourrir la réflexion des apprenants sur des thématiques de société au cœur de leur parcours de formation, alliant ainsi le sensible et la théorie comme modalité pédagogique.

Contribuer à la lutte contre la radicalisation

« Ne vois-tu rien venir » par la Compagnie Sens Ascensionnels

Ce spectacle a été proposées aux élèves CPIP en 2019, dans le cadre du cours « Approches géopolitiques des radicalisations islamistes » dispensé par de Département probation et criminologie (DPC).

« Désaxé » par la Compagnie Teknaï

En 2020, la Compagnie Teknaï est venue présenter « Désaxé » à l’Énap et notamment à un public d’élèves surveillants, dans le cadre de la clôture du module sur la radicalisation.

« Lettres à Nour » de Rachid Benzine

À l’initiative de deux élèves de la promotion de DPIP 13, l’Énap a également accueilli en septembre 2020 une représentation de « Lettres à Nour », interprétée par son auteur, Rachid Benzine et par la comédienne Joséphine Serre. Proposé aux élèves CPIP, DPIP et à la Classe Préparatoire Intégrée dans le cadre de leur formation, ce spectacle sur le thème de la radicalisation s’est poursuivi par un échange entre l’auteur, islamologue et politologue Rachid Benzine et le public.

Sensibiliser aux handicaps

Dans le cadre du projet solidaire « Celui qui ne voit pas ses propres faiblesses ne peut accepter celles des autres », à l’initiative d’élèves de la 23e promotion de CPIP, des actions de sensibilisation aux handicaps ont été proposées. Élèves surveillants et élèves CPIP ont ainsi suivi des ateliers de théâtre forum animés par la Compagnie DIGAMÉ, ainsi que des ateliers de sensibilisation aux handicaps invisibles, ce qui leur a permis d’appréhender différemment le handicap, grâce notamment à des mises en situations.

Garantir l'égalité femmes-hommes

« Quand je serai grande… tu seras une femme, ma fille » par le Compagnie Caravane

En 2020, la Compagnie Caravane est venue présenter son spectacle « Quand je serai grande… tu seras une femme, ma fille » aux élèves CPIP et surveillants dans le cadre de la semaine sur les droits des femmes et du plan interministériel en faveur de l’égalité professionnelle entre les femmes et les hommes.

Théâtre forum avec la Compagnie DIGAMÉ

Dans le cadre d’un projet mené par un groupe d’élèves CPIP 24 entamé début 2020 et clôturé début 2021, la compagnie DIGAMÉ  est venue à deux reprises à l’Énap pour animer des ateliers de théâtre forum, ainsi que plusieurs temps de restitution en public. Cette action, inscrite dans le cadre pédagogique, à permis aux participants, acteurs d’un soir ou simples spectateurs, de s’interroger sur les discriminations, le sexisme ou l’éducation à l’égalité. Le théâtre forum est un outil de débat : à partir des saynètes proposées, chacun peut intervenir, proposer des réponses et  s’exprimer en tant que citoyen/citoyenne. 

« X, Y et moi ? » par la Compagnie l’An 01

Dérangés, agacés déconcertés… c’est ce qu’ont éprouvé les élèves lieutenants, formateurs et responsables de formation face à une « fausse » conférence proposée dans la cadre de la semaine égalité femmes-hommes organisée à l’Énap en juin 2021. Cette proposition de théâtre invisible, écrite et mise en scène par Christel Larrouy et Yohan Bret permet de s’interroger sur les questions du genre et de l’égalité femmes-hommes.

Promouvoir l’éco-citoyenneté et le développement durable

Plusieurs actions éco-citoyennes ont été mises en place à l’Énap, à l’initiative d’élèves ou de personnels : plantations de fleurs et d’arbres, créations de bacs de jardinage en lien avec une association de réinsertion, construction de nichoirs, ateliers couture, parcours de sensibilisation au tri ou aux mobilités douces… Ces projets s’inscrivent dans une politique globale portée par l’Énap.

CULTURE & TERRITOIRE


L’École au cœur de la cité

L’Énap entretient un lien étroit avec les acteurs culturels et institutionnels de Lot-et-Garonne. Parmi les partenaires « historiques » de l’action culturelle de l’Énap figure le cinéma d’Art et essai Les Montreurs d’Images d’Agen. Une programmation commune est proposée deux à trois fois par an aux élèves en formation, ainsi que la venue de réalisateurs et l’organisation de débats.

Durant de nombreuses années, dans le cadre d’un partenariat avec la ville d’Agen, les élèves et les personnels de l’Énap ont bénéficié régulièrement de propositions artistiques dans l’enceinte du théâtre municipal Ducourneau.

Le palais de justice d'Agen accueille également des propositions artistiques programmées par l'école, telles que « Rue Jean Jaurès », une déambulation libre et interactive sur l’histoire de vie et les combats de l’humaniste, par la compagnie Internationale Alligator, ou la lecture-spectacle « Veil/Badinter, de la conviction et du courage en politique » par la compagnie Les voix du Caméléon. 

Enfin, la Préfecture de Lot-et-Garonne et l'Énap collaborent régulièrement autour de sujets tels que la radicalisation ou les violences faites aux femmes.

L’École ressource nationale Culture/Justice

Le service culturel propose des séminaires à destination des chargés de la culture des directions interrégionales, des personnels de l’Énap et des futurs directeurs des services pénitentiaires et futurs directeurs des services pénitentiaires  d’insertion et de probation.

Septembre 2017 - Séminaire des chargés de culture en DISP

Croiser les problématiques du terrain avec les missions de l’École pour mieux inventer de nouvelles collaborations, s’interroger sur la place et le rôle de l’art et de la culture dans l’exercice de leurs missions, tels étaient les objectifs de ces rencontres qui se sont déroulées à l’Énap en septembre 2017. Les chargés de culture participants au séminaire ont partagé leur expérience et échangé avec les élèves DPIP de la 9eme promotion et les élèves DSP de la 46eme promotion. Ils   se sont interrogés ensemble sur les collaborations possibles.

Février 2018 - Séminaires croisés Culture/Justice à l’Énap

Co-construit par le département probation et criminologie (DPC), l’UCACE, la DAP, le ministère de la Culture et la sociologue Delphine Saurier, ce séminaire avait pour objectif de croiser les problématiques du terrain avec les missions de l’École pour mieux inventer de nouvelles collaborations entre culture et justice.

Février 2020 - Séminaire croisé Culture/Justice à Marseille

Co-construit avec Caroline Caccavale de l’association Lieux Fictifs, l’artiste Arnaud Théval et le service culturel de l’UCACE et proposé à la SAS des Baumettes et à la Friche la Belle de Mai, ce séminaire a permis aux participants, principalement des chargés de culture au sein des Direction interrégionales, de réfléchir aux collaborations entre les acteurs pénitentiaires et du champ culturel et à l’impact sur les pratiques professionnelles de chacun.

Résidences d'artistes


Présentation

L’accueil d’artistes en résidence au sein d’une école de service public permet de poser un regard nouveau et sensible sur notre institution. La démarche artistique et le processus de création  engagés révèlent cette expérience d’immersion au sein de l’école et au plus près de ses acteurs. Le travail autour des résidences d’artistes à l'Enap vient traverser et nourrir le parcours de formation des élèves ainsi que les pratiques culturelles au sein de l’Énap, grâce à une démarche de collaboration et de co-construction avec les partenaires, les élèves et personnels de l'école.

Les artistes

Les créations artistiques

  • Créations artistiques au service de la formation

Les créations sonores de Katia Kovacic

Entre 2019 et début 2021, Katia Kovacic, documentariste sonore, s’est imprégnée de l’atmosphère et de l'organisation de l’Énap en venant régulièrement s’immerger dans l’enceinte de l’école. En recueillant la parole des élèves et en allant à la rencontre des différents services de l’Énap, Katia apporte un autre regard sur les questionnements des élèves à propos de leurs futurs métiers, sur les enseignements proposés et sur la vie dans l’école. De par sa démarche artistique et ses sensibilités à la réalisation et à la diffusion de créations sonores, Katia Kovacic a introduit à l'Énap de nouveaux matériaux qui s'intègrent tant à la formation qu'à la programmation culturelle de l'école.

En savoir plus

Voir L’ensemble des créations sonores de Katia Kovacic

L’exposition "À fond perdu" d’Arnaud Théval

Afin d’appréhender le dispositif carcéral actuel, Arnaud Théval propose un détour par l’histoire avec une série de pièces créées à partir du fonds Henri Manuel de l’Énap, (ensemble de photographies sur les prisons françaises sous la IIIeme République) et à partir du « Manuel des prisons » de Fabienne Huard-Hardy, aux presses de l’Énap. Les photographies d’Arnaud Théval, associées à ces photos anciennes, mettent en perspectives cette prison moderne et « sa fin » aujourd’hui. Comment les enjeux de l’usage du médium photographique et l’évolution de notre vision de la prison peuvent-ils être racontés par l’expérience de l’art en les mettant en regard avec nos problématiques contemporaines ?

En savoir plus

Voir Le dossier de presse sur l'Exposition : "À fond perdu" d’Arnaud Théval

  • Objets et productions ressources

Le tigre et le papillon, à l’école de la prison, Arnaud Théval, éditions Dilecta, Paris, 2019.

« Sur les murs d’une des cellules vidée de ses occupants, un tigre bondit sur un papillon. Impossible de saisir le sens de ce dessin. Cependant à entendre les surveillants raconter leur vie derrière les murs, je me demande qui du tigre ou du papillon est le plus représentatif de leur situation ? Tous ont ce même point commun, une même et unique école de formation, l’école nationale d’administration pénitentiaire, construite à Agen dans les années 2000. Intrigué par l’existence d’une école de la prison, je poursuis cette énigme du tigre et du papillon dans ce coeur caché de l’administration, à la recherche des fondements de ce qui construit notre dispositif carcéral français et de ceux qui le font fonctionner. »

Arnaud Théval explore dans Le Tigre et le Papillon l’univers carcéral, abordé sous un nouvel angle : celui des surveillants de prison. De leur formation à leur affectation, il les accompagne au cœur de leur apprentissage pour devenir surveillants et surveillantes. Son projet emprunte le chemin d’une perception inversée : appréhender la prison à travers l’expérience de ceux qui l’organisent. « Le tigre et le papillon, à l’instar d’un dessin photographié sur le mur d’une cellule, est la figure par laquelle je m’interroge sur, qui, du surveillant ou du détenu, incarne le mieux l’insecte fragile ou la force du félin ? »

actualités et contacts

Programmation culturelle

Voir la programmation culturelle proposée par l'Enap

Nous contacter

  Anne-Claire Landrieu - Chargée de l’action culturelle 
  05.53.98.91.34
  anne-claire.landrieu@justice.fr

 

  Céline Ernst - Médiatrice culturelle
  05.53.98. 89.07
  celine.ernst@justice.fr