Vous êtes ici

Histoire & Patrimoine pénitentiaire

L'art en prison

CRHCP. Parcours virtuel l'Art en prison

Un peu d’histoire …

Une collecte d’objets pouvant être exposés dans un musée pénitentiaire a été menée dans les établissements de la Métropole et en Outre-mer en 1975. L’ensemble de la collection a été cédé par la direction de l’Administration pénitentiaire à l’Ecole Nationale de l’Administration Pénitentiaire (ENAP) à Agen en 2014. Par la suite, un espace pédagogique au deuxième étage de l’ENAP baptisé Pierre Cannat a été aménagé pour accueillir des œuvres réalisées par des personnes détenues, ainsi que d’autres objets et documents du patrimoine pénitentiaire historique des XIXe et XXe siècles.

… de l’art

La production artistique était un moyen de se divertir en prison. Les œuvres d’art ont été créées pendant le temps libre des détenus. Elles ont été réalisées avec des matériaux de récupération comme du zinc ou du plastique ou avec des matières premières naturelles comme la noix de coco. Les matériaux et les objets disponibles ont été détournée de leur fonction initiale. L’ensemble de ces objets ont été tolérés en prison.

Voir le catalogue de l'exposition

Consulter la bibliographie sur l'art en prison

(Parcours préparé par Aline Detourbe avec le concours de Marie-Christine Pujeau et Laëtitia Eleaume)

L'art en prison - Les arts plastiques - Architecture

 

Architecture : art dans lequel sont conçus des espaces et édifices en trois dimensions à des échelles réduites.

Maquette d’une cellule de Prison

L'artiste a fabriqué une cellule type de prison avec du contreplaqué peint en vert. Il a disposé à l’intérieur trois lits superposés, des placards, une télévision avec une table de bureau et sa chaise. Il a cloisonné les sanitaires. Une lampe est fixée au mur de la cellule afin d’éclairer l’espace. L’artiste a également confectionné une porte et une fenêtre avec des barreaux.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnue
Dimensions : 40 cm de hauteur ; 36.7 cm de largeur ; 60 cm de longueur
Matérialité : contreplaqué ; peinture

Maquette de la maison d’arrêt de Saint-Etienne (Loire)

Cette maquette en carton représente la Maison d’Arrêt de Saint-Étienne. Le bâtiment a disparu en 1968. La structure et l’architecture à gauche sont héritées de l’Ancien Régime. A droite, l’architecture a été modifiée après la loi sur l’encellulement individuel de 1875. On trouve deux bâtiments disposés en V, soit en plan étoile et des cours de formes rondes.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : vers 1960
Dimensions : 17 cm de hauteur ; 95 cm de longueur ; 69 cm de largeur
Matérialité : carton ; bois

Maquette d’un édifice religieux fabriqué en allumettes

Maquette d’un édifice religieux fabriqué en allumettes

Cette maquette en allumettes représente un édifice religieux. C’est certainement une église de style roman. La porte d’entrée est située en dessous des deux clochers en pyramides, les fenêtres situées de chaque côté de l’édifice, sont en forme d’arc plein cintre et la nef se termine en abside semi-circulaire. Il y a deux contreforts de part et d’autre du bâtiment et le toit est en ardoise à deux pans.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XIXe-XXe siècles
Dimensions : 60.5 cm de hauteur ; 40.5 cm de longueur ; 66.5 cm de largeur
Matérialité : allumette ; carton

Maquette du pont de Valentré à Cahors ( Lot)

L’artiste a reproduit le pont de Valentré à Cahors. Il y a six arches et trois tours fortifiées. On accède aux tours grâce aux escaliers situés de chaque côté du pont. En dessous du pont fortifié coule le Lot. L’artiste a peint l’eau avec de la peinture bleue, il a représenté la verdure de chaque côté avec de la peinture verte.

Artiste : Pecquet Fernand
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XXe siècle
Dimensions : 35 cm de hauteur ; 125.7 cm de largeur ; 22 cm de longueur
Matérialité : allumettes ; peinture

CRHCP - Parcours virtuel L'art en prison - les arts plastiques, l'architecture
CRHCP - Parcours virtuel L'art en prison - les arts plastiques, l'architecture

L'art en prison - Les arts plastiques - Bande dessinée

La bande-dessinée : une succession d’images organisées pour raconter une histoire et présentées de façons diverses.

Voyage en Zig et Zag

Le thème est le « voyage ». L’artiste dessine divers endroits en France, reconnaissables grâce aux monuments comme la Tour Eiffel. Il dessine aussi les divers moyens transports qui permettent de voyager comme l’avion. Les dessins sont précis car l’artiste s’efforce de détailler les monuments. Par exemple, on distingue les étages et les fenêtres.

Artiste : Be Willy
Provenance : Centre de détention du Val-de-Reuil
Date : 2010-2011
Dimensions : 2 planches et 31 vignettes
Matérialité : carton ; collage ; papier ; feutres

La revanche des frites

Le thème est inconnu. L’histoire est irréelle. C’est un paquet de frites personnifiées qui est mis en scène. Ce dernier attaque un personnage venu d’une autre planète. Les couleurs utilisées sont le jaune, le rouge et le vert. L’auteur présente un dessin figuratif afin que l’on se concentre uniquement sur l’histoire.

Artiste : Neziri Kadrija
Provenance : Maison d’arrêt d’Angoulême
Date : Inconnu
Dimensions : 1 planche et 5 vignettes
Matérialité : papier ; crayon noir ; feutre

Mouettes

La planche évoque la vie en prison. L’histoire est racontée par des mouettes. Elles se moquent et critiquent le comportement des détenus. La bande dessinée est en noir et blanc. Ces deux couleurs donnent une atmosphère étrange et désagréable.
Artiste : Kerditin C
Provenance : maison d’arrêt de Brest
Date : inconnue
Dimensions : 1 planche et 13 vignettes
Matérialité : crayon noir ; feuille

Le voyage de Jeanne d'Arc

Le thème est : "le voyage". L'auteur fait voyager Jeanne d'Arc dans le temps. Elle aurait dû être brûlée vive mais dans l'histoire, elle meurt brûlée par le dragon. L'auteur fait de l'humour car Jeanne d'Arc meurt au même âge mais à une époque différente et dans d'autres circonstances. La bande dessinée est en couleur, les dessins sont précis car l'armure de Jeanne d'Arc est détaillée.

Artiste : Rist Emmanuel
Provenance : Centre de détention du Val-de-Reuil
Date : 2010-2011
Dimensions : 2 planches et 9 vignettes
Matérialité : feutre ; feuille blanche

Deux mains peut-Hêtre

La bande dessinée répond au thème : "Demain peut-être". L'auteur transforme le thème en : "Deux mains peut-hêtre". La bande dessinée met en scène deux arbres (hêtres) personnifiés qui ont des doigts à la place des racines. L'artiste utilise du vert pour les feuilles et du gris pour le tronc d'arbre.  Le sol est marron pour représenter la terre.

Artiste : Rist Emmanuel
Provenance : Centre de détention de Val-de-Reuil
Date : 2012-2013
Dimensions : 2 planches et 5 vignettes
Matérialité : papier ; feutre

T’as pas du feu

La planche répond au thème « demain peut-être ». L’artiste évoque la vie en prison. Dans cette planche, il évoque ce qui pourrait lui arriver. Le dessin est en noir et blanc. Ces couleurs rendent l’histoire plus dramatique et réelle.

Artiste : Brenterc’h Michael
Provenance : Maison d’arrêt de Brest
Date : 2012-2013
Dimensions : 2 planches et 22 vignettes
Prix : 1er prix et grand prix du jury
Matérialité : canson ; crayon noir

Histoire - Parcours virtuels. L'art en prison - Les arts plastiques, bande dessinée
Histoire - Parcours virtuels. L'art en prison - Les arts plastiques, bande dessinée

L'art en prison - Les arts plastiques - Dessin

Le dessin : technique de représentation sur un support plat. Le dessin comprend l’ouvrage graphique, l’action de dessiner et la forme d’un objet quelconque.

Pollution

Le thème est : le climat. L'artiste dénonce la pollution produite par les villes et les usines. Au premier plan, est dessiné un fleuve de couleur noire et bleue. L'artiste montre que l'eau est polluée. Au deuxième plan à gauche, des usines projettent de la fumée. En arrière-plan, sont dessinés des immeubles pour montrer que lla nature est détruite. Enfin à droite, des personnages avec des masques bronzent sur le bord du fleuve.

Artiste : Sharov
Provenance : Maison d'arrêt de Villepinte
Date : 2008-2009
Dimensions : 39 cm de longueur ; 41.5 cm de largeur
Matérialité : papier canson ; feutres

CRHCP. Parcours virtuel. L'art en prison - Les arts plastiques, dessin
CRHCP. Parcours virtuel. L'art en prison - Les arts plastiques, dessin

Plantes et fleurs des champs

Le thème est « billet d’humeur et billet d’humour ». L’auteur a dessiné des fleurs roses et des bleuets. Autour de ces fleurs le ciel est bleu et le paysage paraît calme et apaisant. Les couleurs principales sont le rose et le violet. Il y a certainement du vent car les tiges vertes sont penchées.

Artiste : Canope Lionel
Provenance : centre de détention de Neuvic
Date : 2016-2017
Dimensions : 2 planches
Matérialité : papier ; crayon de couleur

Fleurs, Roses et Marguerites

Le thème est « billet d’humeur et billet d’humour ». L’artiste a dessiné des marguerites, des bleuets, des roses et des pissenlits. On reconnaît les plantes grâce à leurs couleurs. La première planche présente des plantes sur un fond blanc. Dans la deuxième planche, les fleurs sont pliées, il y a donc certainement du vent. En arrière-plan, le bleu de la mer rend l’atmosphère apaisante et calme.

Artiste : Tere Georges
Provenance : centre de Détention de Neuvic
Date : 2016-2017
Dimensions : 2 planches et 6 vignettes
Matérialité : crayon de couleur ; feuilles blanches

CRHCP. Parcours virtuel. L'art en prison - Les arts plastiques, dessin
CRHCP. Parcours virtuel. L'art en prison - Les arts plastiques, dessin

Requin

Une femme rencontre un requin. On imagine l’histoire car il n’y a pas d’écriture. Le dessin et en noir est blanc. L’atmosphère est glaçante. L’auteur montre l’expression du visage et cible une partie du visage. Cela accentue l’horreur de la scène.

Artiste : Nach
Provenance : inconnue
Date : inconnue
Dimensions : 2 planches et 10 vignettes
Matérialité : papier canson ; crayon noir

L'art en prison - Les arts plastiques - La gravure

Gravure : technique qui utilise le creusement pour inscrire dans la matière.

Caillou gravé

Ce caillou est gris foncé, il est de forme ovale. Le profil du Alexandre Alphonse est gravé. Il est habillé en uniforme puisqu’il porte une casquette et un manteau à col fermé à l’aide de trois boutons. Autour de cette image est gravée « BARON DETENU POLITIQUE A CLAIRVAUX AUBE 1872.72.72 ». Le détenu a gravé son nom de famille.

Artiste : Alexandre Alphonse Baron, né en 1865, était un maçon communard, militaire pendant le Siège de Paris (1870-1871). En 1871, il est condamné à cinq ans de détention.
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : vers 1872
Dimensions : 6.4 cm de hauteur ; 4.3 cm de largeur ; 0.7 cm d’épaisseur
Matérialité : caillou

Histoire - L'art en prison, gravure - caillou gravé

Bas flanc en bois gravé

Ce bas flanc en bois est fabriqué avec trois planches en bois rectangulaires. Des inscriptions sont gravées. Par exemple, à gauche sur la planche du milieu est gravé un cœur transpercé d’une flèche. Des dates et des noms sont gravés également.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : fin XIXe siècle – début XXe siècle
Dimensions : 198 cm de hauteur ; 76.3 cm de largeur ; 3.3 cm d’épaisseur
Matérialité : bois

Abattant de tinette

Abattant de tinette d’une toilette portative en bois et de forme rectangulaire. Des inscriptions sont gravées dont une en gros caractères : "Gabriel 1842". Les gravures permettaient aux détenus de marquer leur passage dans la prison ou de raconter une partie de leur histoire.

Artiste : Gabriel
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1842
Dimensions : hauteur de 38.2 cm ; largeur 25,5 cm ; épaisseur 2,5 cm
Matérialité : bois

Noix de coco gravée

Demi noix de coco de forme ovale gravée. Sur les parties supérieures sont gravés trois portraits. Les personnages sont de couleur noire et sont coiffés et habillés en jaune. Sur la partie inférieure sont gravés deux maisons et un édifice. Au premier plan, apparaissent des terres et un chemin aménagé avec les écrits « île du Diable ; Souvenir de la Guyane ». L’artiste bagnard présente certainement le bagne dans un environnement sauvage et dépaysant.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : fin XIXe siècle – début XXe siècle
Dimensions : 20,2 cm de hauteur ; 26 cm de largeur
Matérialité : coque de noix de coco

Noix de coco gravée

Noix de coco ronde gravée divisée en deux. Sur la partie inférieure sont gravés au premier plan trois bagnards habillés d’un chapeau et d’un uniforme. Ils sont debout en file indienne. Au deuxième plan, apparaît un cours d’eau, le fleuve Maroni. Il y a aussi un paysage avec un chemin de terre entouré de palmier et d’herbe. Enfin au troisième plan, une chaîne de montagne est visible. Sur la partie supérieure de forme semi circulaire est gravée « Guyane Fse », ce qui signifie Guyane française, avec un profil d’indien, cela fait référence aux peuples primitifs qui vivent sur l’île.

Artiste : inconnu
Provenance : acquisition du CRHCP 2015
Date : inconnue
Dimensions : 14 cm de hauteur ; 8.5 cm de diamètre
Matérialité : noix de coco

Histoire. L'art en prison, gravure. Noix de coco gravée

L'art en prison - Les arts plastiques - La peinture

Peinture : forme d’art consistant à peindre sur une surface en appliquant des fluides colorés de manière esthétique.

Peinture impressionniste : mouvement pictural dont les oeuvres ont des couleurs modulées. L'artiste exprime son ressenti devant le spectacle de la nature ou de la vie moderne.

Avocat rendant visite à son client

A gauche, l’avocat est assis sur un tabouret. En face de lui, se trouve un prisonnier reconnaissable à sa tenue rouge avec des rayures noires. Les détenus ne portaient pas de tenues identiques, le peintre a décidé de le représenter avec ces couleurs pour le mettre en avant et accentuer la représentation du personnage. Les couleurs sont estompées. En bas du tableau est écrit « POUR SONIA 1955 A MASSY ». Ainsi, le tableau a été créé pour Sonia.
Artiste : inconnu
Provenance : maison d’arrêt de Massy ; transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1955
Dimensions : 50 cm de hauteur ; 65.2 cm de largeur ; 0.5 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur bois

Forêt

L’artiste a peint des sapins. Les couleurs sont mélangées et elles sont majoritairement primaires, l’artiste joue avec les couleurs et la lumière. En bas du tableau est écrit « POUR SONIA 1955 A MASSY ». Il a peut-être créé la toile pour Sonia. En haut à gauche se trouve le sceau national du Musée National des Prisons de Fontainebleau et le numéro d’inventaire « 2413 4195 ».
Artiste : inconnu
Provenance : maison d’arrêt de Massy ; transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1955
Dimensions : 50 cm de hauteur ; 65.2 cm de largeur ; 0.5 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur bois

Peinture paysagiste : genre figuratif qui peint des paysages.

Triptyque de Cahors

Au premier plan une ville avec ses maisons, ses édifices religieux, ses tours militaires, ses ponts et son cours d’eau qui la traverse. Au deuxième et au troisième plan sont présents des montagnes et un ciel bleu. Autour du blason, il y a quatre fleurs de lys, deux lions, une couronne, une frise de raisins. L’artiste a inventé le blason. Tous ces éléments font référence à la campagne, au paysage et à la vigne de la région de cahors. Une signature est visible en bas à droite.

Artiste : Houtan
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnue
Dimensions : panneau fermé hors cadre : 73.3 cm de hauteur ; 4.7 cm d’épaisseur
Panneau ouvert hors cadre : 73.3 cm de hauteur ; 200 cm de largeur ; 4.7 cm d’épaisseur
Matérialité : l’huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

Paysage de Cahors I

Paysage qui représente la ville de Cahors. Au premier plan apparaît la nature avec les montagnes. Au deuxième plan apparait le Lot qui passe en dessous du pont Valentré. En arrière-plan, trois collines sont peintes. Le peintre montre que le cours d’eau sépare la ville en deux. Les collines encerclent la ville.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnu
Dimensions : dans le cadre : 50.4 cm de hauteur ; 90.5 cm de largeur ; 1.4 cm d’épaisseur
Matérialité : aquarelle sur toile. Cette peinture à l’eau laisse apparaître le support. Transparente, elle permet de représenter les éclaboussures et les mouvements. Cette peinture accentue la réalité des reflets.

Paysage de Cahors II

L’artiste présente un coté de la ville de Cahors. Au premier plan apparaît le fleuve, le Lot. Ensuite des maisons aux toits rouges sont peintes. Au fond à gauche, on aperçoit trois tours, certainement celles du pont Valentré. En arrière-plan, se dresse une colline verte.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnue
Dimensions : dans le cadre : 50.2 de hauteur ; 90.5 cm de largeur ; 1.2 cm d’épaisseur
Matérialité : aquarelle sur toile

Paysage de Cahors III

L’artiste peint la ville de Cahors. Au premier plan, est peint le Lot de couleur bleu. A gauche apparaît un chemin en pierre, certainement le chemin du pont. Au second plan, on distingue la ville grâce aux toits rouges, des habitations et des fenêtres carrées. A droite, on peut supposer que le monument surélevé est l’arc de Diane. En arrière-plan, on aperçoit le massif montagneux.
Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnue
Dimensions : 50.6 cm de hauteur ; 90.6 cm de largeur ; 1.4 cm d’épaisseur
Matérialité : aquarelle sur toile

Peinture du bagne de Guyane : à 7 000 km de la France métropolitaine, se trouvaient des détenus. Dans leurs œuvres apparait un monde idéal, bien loin de la réalité.

L'île royale

Le peintre représente le port de l’île royale, une des îles du Salut de Guyane. Au premier plan, la mer bleue est brumeuse. Apparaît un canot dirigé par six hommes. Deux d’entre eux sont des surveillants militaires du bagne, installés à l’avant du canot, et qui surveillent les quatre bagnards, à l’arrière du bateau, en train de ramer. Au second plan, on distingue l’entrée du port avec des bâtiments. Un chemin découpe le tableau en deux : apparait le côté mer et le côté terre. A l’arrière-plan, se dessine un paysage.
Artiste : Casimir Prenefato est né en 1888 en Espagne. Rebelle et souvent en cavale l’artiste n’a pas eu le temps de peindre beaucoup de paysage du bagne. Myope, il mettait le chevalet à proximité de ses yeux. Casimir Prenefato est mort en 1946.
Provenance : transfert National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1940
Dimensions : 35 cm de hauteur ; 125.7 cm de largeur ; 22 cm de longueur
Matérialité : teinture végétale sur toile de bure.

Pirogue et tapouille sur le Maroni

L’artiste présente une pirogue sur le fleuve Maroni en Guyane entourée par la forêt. Au premier plan, deux indiens pagayent. La végétation est abondante. Grilly peint les mouvements de l’eau comme on peut le voir avec les traits blancs présents sur l’eau bleue claire. La scène se passe au crépuscule.
Artiste : Louis Grilly est un artiste peintre, né en 1899 à Fressenneville (Somme). Il est spécialiste dans la représentation des œuvres picturales du bagne de Guyane. Il a commencé à peindre en 1930 des toiles sur des toiles de coton rectangulaires. Il a vu en direct la vie des peuples premiers et noirs marrons. Il meurt en 1970.
Provenance : bagne de Guyane, transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : vers 1930
Dimensions : 44.8 cm de longueur ; 35 cm de largeur ; 1.7 cm d’épaisseur
Matérialité : huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

Indiens sur le Maroni

Au premier plan le fleuve Maroni avec deux pirogues. Elles sont dirigées par des populations autochtones en vêtements blancs. L’artiste présente l’île comme un paradis. En arrière-plan, le ciel bleu est parsemé de nuages blancs. Cela donne de la profondeur au tableau. La forêt est majestueuse avec ses arbres obliques et verticaux. Les couleurs primaires divisent l’espace.
Artiste : Louis Grilly est un artiste peintre, né en 1899 à Fressenneville (Somme). Il est spécialiste dans la représentation des œuvres picturales du bagne de Guyane. Il a commencé à peindre en 1930 des toiles sur des toiles de coton rectangulaires. Il a vu en direct la vie des peuples premiers et noirs marrons. Il meurt en 1970.
Provenance : bagne de Guyane, transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : vers 1940
Dimensions : 79.7 cm de longueur ; 35.6 cm de largeur ; 1.6 cm d’épaisseur
Matérialité : huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

Chutes du Maroni

Au premier plan, des indiens habillés d’un vêtement blanc rament sur le fleuve Maroni. C’est une peinture réaliste car l’artiste présente une eau bleue sur laquelle les reflets des rameurs sont visibles. Au deuxième plan sont dessinées les chutes. Elles donnent du relief et de la profondeur au tableau. La forêt est majestueuse avec ses couleurs primaires. Les arbres sont de formes différentes.
Artiste : Louis Grilly est un artiste peintre, né en 1899 à Fressenneville (Somme). Il est spécialiste dans la représentation des œuvres picturales du bagne de Guyane. Il a commencé à peindre en 1930 des toiles sur des toiles de coton rectangulaires. Il a vu en direct la vie des peuples premiers et noirs marrons. Il meurt en 1970.
Provenance : bagne de Guyane, transfert National des prisons de Fontainebleau
Date : vers 1930
Dimensions : 79.7 cm de longueur ; 40.2 cm de largeur ; 1.6 cm d’épaisseur
Matérialité : huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

L'île Royale

Le peintre présente la plage de l’île du Diable. Au premier plan, une femme aux cheveux blond tient un parapluie. Un enfant est à côté d’elle. Il tourne le dos au spectateur. Derrière la femme se trouve un bagnard en habit bleu. Les personnages luttent contre la pluie et le vent. D’ailleurs en arrière-plan se dressent des nuages gris. Le ciel et la mer agitée sont séparés par le téléphérique qui reliait l’île royale à l’île du Diable.
Artiste : Louis Grilly est un artiste peintre, né en 1899 à Fressenneville (Somme). Il est spécialiste dans la représentation des œuvres picturales du bagne de Guyane. Il a commencé à peindre en 1930 des toiles sur des toiles de coton rectangulaires. Il a vu en direct la vie des peuples premiers et noirs marrons. Il meurt en 1970.
Provenance : bagne de Guyane, transfert National des Prisons de Fontainebleau
Date : vers 1930
Dimensions : en dehors du cadre : 40 cm de longueur ; 34.5 cm de largeur ; 1.8 cm d’épaisseur
Matérialité : teinture végétale

Cayenne

Au premier plan est peint la plage de Cayenne. A droite, on aperçoit la mer bleu clair. Au deuxième plan, est peint une femme vêtue d’une tunique rose avec un chapeau. A côté d’elle il y a un enfant habillé d’une tunique bleue. Les deux personnages marchent sur la plage. Au fond, apparaît un bâtiment de couleur jaune. Les couleurs chaudes et primaires donnent un caractère exotique au tableau.
Artiste : Louis Grilly est un artiste peintre, né en 1899 à Fressenneville (Somme). Il est spécialiste dans la représentation des œuvres picturales du bagne de Guyane. Il a commencé à peindre en 1930 des toiles sur des toiles de coton rectangulaires. Il a vu en direct la vie des peuples premiers et noirs marrons. Il meurt en 1970.
Provenance : bagne de Guyane, acquisition CRHCP 2015
Date : vers 1930
Dimensions : en dehors du cadre : 58.5 cm de longueur ; 26 cm de largeur ; 1.5 cm d’épaisseur
Matérialité : huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

Indienne portant ses fruits

Une femme vêtue d’une robe jaune en train de porter ses fruits avec un panier sur sa tête. Elle marche sur un chemin de terre. Elle est positionnée au centre de l’image. Autour d’elle, la végétation est abondante. Les arbres sont grands et majestueux. En arrière-plan, apparaît un massif montagneux de couleur bleue. Le ciel est blanc jaune. Ces couleurs donnent de la profondeur à la toile, rend le tableau lumineux et met en avant le personnage.
Artiste : Joseph Premier est né en 1890 à Valence (Drome). Il y a peu d’informations à son sujet, aucune source concernant son parcours professionnel et ses activités artistiques. Les œuvres ne sont pas datées et les sujets peints sont souvent la vie des peuples primitifs et des noirs marrons. Premier est mort en 1935.
Provenance : bagne de Guyane, transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XXe siècle
Dimensions : 25 cm de diamètre
Matérialité : huile sur assiette en métal. Elle est durable et rend les couleurs éclatantes.

Godebert : camp de halage de pièce de bois

Le tableau est découpé en deux parties. Ces deux parties sont séparées par une ligne horizontales formées par les bovidés et le bois à côté. Au premier plan, apparaît le camp de halage et quatre personnages. En arrière-plan, se dresse le chemin de terre et de chaque côté il y a de la verdure. Au loin apparait un cinquième homme, un surveillant militaire avec un uniforme blanc, qui surveille les détenus en train de travailler.
Artiste : Viemart artiste inconnu, il n’aurait peint qu’une seule œuvre.
Date : 1931
Provenance : bagne de Guyane, transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Dimensions : avec le cadre 40 cm de longueur ; 30.2 cm de largeur ; 1 cm d’épaisseur
Matérialité : huile sur toile est durable et elle rend les couleurs éclatantes. La teinture végétale, c’est une substance colorante qui est diluée dans un liquide puis la substance est absorbée par le tissu. Les pigments de la peinture restent en suspension.

Autoportrait

Portrait de Francis Lagrange. Il a 41 ans il s’est peint sur du bois noir en forme d’encre. Il porte le vêtement typique des bagnards. Ce portrait n’est pas réaliste. L’artiste présentait souvent des peintures fictionnelles. Le portrait n’est pas signé, mais il y a la mention « île du Salut 1941 » en dessous de l’image.
Artiste : Francis Lagrange est né en 1900 à Lille (Nord). Il peignait la nuit, car les détenus ne pouvaient pas peindre. Il improvisait des chevalets et peignait éclairé avec une lampe donnée par un médecin. Dans ses œuvres, il aborde tous les genres et les styles picturaux. Francis Lagrange est mort en 1964.
Provenance : bagne de Guyane, transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1941
Dimension : 32.3 cm de longueur ; 21 cm de largeur ; 1.7 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur bois noir. Certainement de l’ébène. Ce dernier est un bois noir solide très utilisé en sculpture. Résistant à l’eau et aux termites.


 

Pop Art : mouvement de peinture figurative. Ce dernier s’inspire d’éléments visuels de la culture populaire et le produit en série avec la perspective des beaux-arts. L’artiste a peint une image iconique sur un fond de toile coloré d’une seule couleur. Il est possible qu’il se soit inspiré d’Andy Warhol car nous avons deux Marianne sur deux fonds de couleurs différentes. Il est possible de parler de sérigraphie sur Marianne.

Marianne sur fond rose

Le buste de Marianne est présenté de face. Elle est coiffée de cheveux bouclés avec un bonnet phrygien. Son nez est symétrique et épais, ses yeux sont enfoncés et ouverts. Sa bouche est fermée. Symbole de la République, elle est peinte sur un fond rose.

Artiste : Didier Soriano a pour nom d’artiste Chamizo Soriano. Né en 1951 à Cahors (Lot). Il a toujours dessiné. Il peint des œuvres qui font parties du thème « Révolution ». Dans cette série, l’effigie de Marianne remplace la statue de la Liberté. Il exposera en France à la galerie de Nesle, à Saint-Germain-des-Prés, un espace de huit cent mètres carrés. Par la suite il exposera partout en France et à l’étranger.
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnu
Dimensions : 55 cm de hauteur ; 46 cm de longueur ; 2 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur toile

Histoire. L'art en prison. Pop art.

Marianne sur fond bleu

Marianne est peinte de profil. Elle porte le  bonnet phrygien avec la couronne de  feuilles d’olivier. Son nez est symétrique et épais, ses yeux sont enfoncés et ouverts. Sa bouche est fermée. Symbole de la République et de la mère patrie, elle est peinte sur un fond bleu.

Artiste : Didier Soriano a pour nom d’artiste Chamizo Soriano. Né en 1951 à Cahors (Lot). Il a toujours dessiné. Il peint des œuvres qui font parties du thème « Révolution ». Dans cette série, l’effigie de Marianne remplace la statue de la Liberté. Il exposera en France à la galerie de Nesle, à Saint-Germain-des-Prés, un espace de huit cent mètres carrés. Par la suite il exposera partout en France et à l’étranger.
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnu
Dimensions : 55 cm de hauteur, 46 cm de largeur, 2 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur toile

Empreinte digitale

L’empreinte est ce qui permet d’être identifié en particulier avec le relevé de trace digital. C’est aussi une manière pour l’artiste de s’inclure dans son travail. L’empreinte de couleur rose est disposée sur un fond bleu. D’autres artistes ont présenté leur empreinte comme œuvre, c’est le cas de Piero Manzoni.

Artiste : Didier Soriano a pour nom d’artiste Chamizo Soriano. Né en 1951 à Cahors (Lot). Il a toujours dessiné. Il peint des œuvres qui font parties du thème « Révolution ». Dans cette série, l’effigie de Marianne remplace la statue de la Liberté. Il exposera en France à la galerie de Nesle, à Saint-Germain-des-Prés, un espace de huit cent mètres carrés. Par la suite il exposera partout en France et à l’étranger.
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1951
Dimensions :116.5 cm de hauteur, 73 cm de largeur et 2.1 cm d’épaisseur
Matérialité : peinture sur toile

L'art en prison - Les arts littéraires - Le pamphlet

Le pamphlet : petit écrit qui attaque et critique violemment une personne, une institution ou un pouvoir.
 

Recueil d’illustration

Guy Hanro présente une cinquantaine de feuillets sur lesquels il dessine des œuvres à la plume. Les dessins sont coloriés et illustrent des chansons. Les personnages sont stéréotypés et parfois caricaturés car les traits sont exagérés. Son recueil est aussi un pamphlet contre la République et la justice politique. Hanro présente les grandes caractéristiques de la détention politique à Fresnes. L’auteur signe de son nom d’artiste Hanro avec une araignée et la mention « 45 ».

Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Artiste : André de Rose a pour nom d’artiste Guy Hanro. Il est né en 1914. Il a été officier de la LVF (la Légion des Volontaires Français contre le bolchevisme). Il a été condamné à cinq ans d’emprisonnement au moment de l’Épuration (1944-1945).
Date : 1945
Dimensions : 27 cm de longueur ; 19.7 cm de largueur
Matérialité : papier ; plume

L'art en prison - Les arts littéraires - Les journaux

Journal du détenu : écrit dans lequel sont relatés les faits de la vie quotidienne. Les détenus donnent des information et leurs opinions.

Idée Fixe

L’artiste dessine des personnages fantastiques et fait du collage. Les dessins sont précis et le journal se lit dans tous les sens. Les dessins sont exagérés car il y a un décalage entre le texte et l’image ce qui provoque l’humour. Pour le poème : "prisonnier", se trouvent des traits noirs épais sur un support blanc, ce qui évoque les barreaux de la prison et la tenue de bagnard. Pour le poème : "quel gâchis", le décor autour est composé de gélules, des pilules évoquant la drogue car le poème parle de cela.

Provenance : inconnue
Artiste : inconnu
Date : 1995
Matérialité : papier ; crayon noir

Histoire. L'art en prison - les arts littéraires - les journaux

Vers où

L’artiste dessine des cartes sur lesquelles des lettres sont inscrites. Au centre se présente un Joker. Les cartes font référence au jeu et au hasard.

Provenance : maison d’arrêt d’Angers
Artiste : inconnu
Date : 1995
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayons noirs et de couleurs

Le p'tit lissois

Le journal rassemble des informations, des témoignages, des jeux, des poèmes et de l’humour. Le dessinateur présente des personnages stéréotypés. Par exemple le plombier est représenté avec une salopette et il tient un marteau. Ainsi, le créateur présente une image qui est admise et véhiculée habituellement.

Provenance : maison d’arrêt de Chartres
Artiste : inconnu
Date : 1987
Dimensions : 185 cm de longueur ; 12.4 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir

Echo de Varces

Ce journal présente un prisonnier reconnaissable au numéro écrit sur sa casquette. C’est un journal écrit par des détenus car le personnage tient dans sa main un pinceau et dessine le numéro du journal. La scène se passe dans une cellule. Le détenu possède une table avec le matériel pour dessiner.

Provenance : maison d’arrêt de Varces
Artiste : inconnu
Date : 1979
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir

 Journal des détenus aux idées libérées

Le titre fait référence à la liberté revendiquée par les détenus. Le sablier représente le temps. Le fantôme peut être l’allégorie de la justice, avec la presse dans les mains. Donc le dessinateur montre que c’est la justice qui décide ce que le détenu peut dire ou non. Le mot « expression » fait référence à la liberté d’expression, les détenus demandent peut-être de publier des écrits généralement interdits.

Provenance : maison d’arrêt de Saverne
Artiste : inconnu
Date : 1985
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir


 

La manille

L’auteur reprend : "la Grande Vague" de Kanagawa du peintre japonais Hokusai. Le dessinateur l’a modifié. Au premier plan on aperçoit une femme et son fils sur un radeau, ce qui évoque : "le radeau de la Méduse" du peintre français Géricault. Ainsi, la vague noire et bleue aspire le radeau. En arrière-plan se dresse le mont Fuji, sa couleur est différente de l’original.

Provenance : centre pénitentiaire Haguenau
Artiste : inconnu
Date : 1982
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir

Cosmopolite

Le journal présente un tableau aux couleurs vives qui s’inspire de l’art abstrait. Un visage avec des cheveux blonds, des yeux rouges et un sourire aux lèvres bleues. Le titre expression renvoie à l’expression artistique. L’artiste fait une comparaison car il compare l’expression artistique à l’expression de communiquer par le visage.

Provenance : maison centrale de Saint-Martin-de-Ré
Artiste : inconnu
Date : 2003
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir

Histoire. L'art en prison. Les arts littéraires - les journaux

Bruits de Coursives

L’artiste dessine sur un fond rouge en référence à Noël aussi. La décoration fait référence à Noël. Au premier plan se trouvent des guirlandes, des boules, des étoiles, le père noël et un renne. La prison est représentée par un mur blanc avec des barbelés superposés dessus. Le titre fait référence aux bruits qui se produisent en prison.

Provenance : maison centrale de Bayonne
Artiste : inconnu
Date : inconnue
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier canson ; crayon noir et de couleur

L'art en prison - Les arts littéraires - La poésie

Poème : ouvrage en vers, d'une certaine étendue : poésie

Espoir d’avenir

Le poème est illustré d’un arbre. C’est le symbole de la paix et de la vie en évolution permanente. L’arbre est grand avec des feuilles : une sorte d’arbre sacré. Cela correspond au poème. La poétesse parle du fait qu’elle souhaite que la guerre et la violence s’arrêtent un jour.

Provenance : centre de détention de Bapaume
Artiste : Marie Catherine T
Date : inconnue
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier canson ; crayon noir

Elle est assise

Le poème est illustré d’un panneau indiquant « POESIE ». Ce poème est la page de présentation du chapitre. A côté se trouve un homme vêtu d’un tee-shirt rayé. Le personnage porte un chapeau sur la tête et il chante. Il porte un bouquet de fleurs à la main. Il semble heureux.

Provenance : maison d’arrêt de Varces
Artiste : Patric D.
Date : inconnue
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier ; crayon noir

Mélancolie...

Les détenus évoquent leurs conditions dans ces écrits. Le poème : "Mélancolie" parle des lettres échangées entre les détenus et les membres de leur famille. Elles permettent au détenu de communiquer avec les gens qu’il aime. Un détenu parle de son sentiment depuis qu’il est dans la prison dans le poème : " Vide". Enfin le dernier poème : "Contraste", compare les problèmes de chaque pays.

Provenance : maison d’arrêt de Varces
Artiste : Joël M ; Serge C
Date : inconnue
Dimensions : 29.7 cm de longueur ; 21 cm de largeur
Matérialité : papier canson ; crayon noir

Histoire. L'art en prison. Les arts littéraires - La poésie

L'art en prison - Les arts de la débrouille - L'art du quotidien

Art du quotidien : objet créé pour améliorer les conditions de vie en détention

Cendrier en laiton

Cet objet est en forme de savate de détenu. Le laiton est composé de zinc et de cuivre. Ce matériau a certainement été récupéré par un détenu qui a été affecté dans un atelier de plomberie. Ce cuivre jaune est résistant à la corrosion. Sa couleur fait référence à l’or. Le détenu a probablement voulu rendre l’objet esthétique et pratique car il a pu servir de cendrier.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XIXe – XXe siècle
Dimensions : 5 cm de hauteur ; 13 cm de longueur ; 4 cm de largeur
Matérialité : laiton

Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien

Pipe en deux morceaux

Cette pipe est fabriquée avec deux morceaux de pierre. Le morceau en forme de tuyau est décoré. Sur la partie supérieurese trouve un trou. Le second morceau se fixe au premier à l’aide d’une vis enclenchée dans le trou. La pipe est décorée de motifs. Ces derniers peuvent faire penser à des motifs végétaux qui évoqueraient la plante de tabac fumée.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : deuxième moitié XXe siècle
Dimensions : 5 cm de hauteur ; 11 cm de longueur ; 3 cm de largeur
Matérialité : pierre ; fourreau ; vis

Pipe à haschich

Cette pipe est fabriquée avec de la céramique noire. Ce tuyau conique et droit est décoré. La forme est similaire à un totem. Le décor, la forme et la fonction de l’objet peuvent faire références aux cérémonies religieuses chamaniques, et à la consommation de drogue. Au bout, apparait une grille pour que la fumée s’échappe.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : deuxième moitié XXe siècle
Dimensions : 29 cm de hauteur ; 4.2 cm de diamètre
Matérialité : céramique noire

Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien

Pied de biche miniature

Levier, outil en métal recourbé pourvu d’un manche. L’outil est utilisé pour forcer des portes ou des coffres forts.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XIXe – XXe siècle
Dimensions : 12 cm de longueur
Matérialité : fer

Chauffe

Morceau rectangulaire en bois attaché avec du ruban adhésif à une prise électrique. Cet appareil apporte de la chaleur au détenu. Le mot chauffe signifie que l’opération consiste à produire par combustion la chaleur nécessaire à un chauffage.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 34 cm de hauteur ; 28 cm de longueur ; 2 cm de largeur
Matérialité : prise électrique ; bois ; scotch

Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien - la chauffe
Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien

Chauffe

Une prise électrique avec son fil sont attachés à une pince à linge en bois. Le mot chauffe signifie que l’opération consiste à produire par combustion la chaleur nécessaire à un chauffage.

Artiste : Maouche et Zoutat
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 42 cm de longueur
Matérialité : bois ; prise électrique ; plastique

Réchaud

Couvercle en fer perforé sur lequel sont posés une résistance en plomb et un fil électrique. Les trous sont créés pour laisser la chaleur passer. Ce dispositif est destiné à chauffer ou à garder au chaud les aliments et boissons en cellule.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 6.5 cm de hauteur ; 88.5 cm de longueur ; 16 cm de largeur
Matérialité : fer ; fil électrique ; résistance en plomb

Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien - Réchaud
Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien

Réchaud

Cette boîte de sardines rectangulaire en fer est percée de trous sur les côtés. Le fils électrique passe par l’un des trous et est relié à la résistance en plomb disposée dans la boite. L’appareil est destiné à chauffer ou à garder au chaud les aliments et boissons en cellule.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé, 2015
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 11.5 cm de hauteur ; 20.5 cm de longueur ; 12 cm de largeur
Matérialité : fer ; fil électrique ; résistance en plomb

Réchaud

Casserole en aluminium ronde sans manche, perforée en dessous. La résistance de plomb et le fil électrique passent par ces trous. L’appareil est destiné à chauffer ou à garder au chaud les aliments et boissons en cellule.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé, 2015
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 11 cm de hauteur ; 21 cm de diamètre
Matérialité : aluminium ; fil électrique ; résistance en plomb

 Histoire. L'art en prison. Les arts de la débrouille. Objets du quotidien. Réchaud

Fourchettes transformées en yoyo 

Deux fourchettes en fer pliées en deux. Elles sont collées dos à dos entre elles pour former un grappin. Les deux fourchettes sont fixées à l’extrémité de la bandelette. Le yoyo servait à communiquer entre détenus. D’après le langage des prisons, le yoyo est une « cordelette ou ficelle de fortune, permettant aux détenus de se faire passer des objets par les fenêtres des cellules voisines ». Le yoyo est donc un moyen d’échange de cellule à cellule.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé
Date : moitié du XXe siècle
Dimensions : fourchettes : 10 cm de hauteur ; 12 cm de de longueur
Tissu : 210 cm de longueur
Matérialité : tissu ; fer

L'art en prison - Les arts de la débrouille - L'art du divertissement

Art du divertissement : objet créé avec des matériaux de récupération pour s’occuper en prison.

Machine artisanale à tatouer

Deux piles électriques de forme circulaire sont fixées ensemble avec du ruban adhésif. Au-dessus-d’elles se trouve un flacon cylindrique, puis une cuillère pliée. Elle est posée perpendiculairement au cylindre. Le couvert sert de support à un stylo à bille. Le crayon a été aiguisé afin de servir d’aiguille à tatouer. Les tatouages permettent aux détenus de s’exprimer.

Artiste : détenu de la maison centrale de Saint-Maur
Provenance : maison centrale de Saint-Maur ; transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1960
Dimensions : 15 cm de hauteur ; 12.5 cm de longueur ; 5.5 cm de largeur
Matérialité : pile ; stylo ; résistance ; scotch

Machine artisanale à tatouer

Un flacon cylindrique est scotché à une pile électrique. En dessous de la pile se trouve la résistance. Un stylo Bic est accroché au-dessus de la pile. Tous les éléments sont attachés entres eux grâce à du scotch. Cette machine permettait de faire des tatouages. Cette pratique est une façon de façonner son corps et de s’exprimer.

Artiste : inconnu
Provenance : maison centrale de Saint-Maur. Transfert Musée National des Prisons Fontainebleau
Date : 1970
Dimensions : 15.5 cm de hauteur ; 7 cm de longueur ; 4 cm de largeur
Matérialité : pile ; stylo ; résistance ; scotch

Boîte en bois contenant une machine à tatouer artisanale

Boîte rectangulaire en bois. Sur le devant, il y a un motif de mosaïque dessiné. Au-dessus de la boite, se trouve un manche en métal afin de pouvoir la porter à la main. Lorsque l’on ouvre la boite, un mécanisme est disposé sur le couvercle afin de fermer la boite. Fait avec du métal et des bouchons de liège, il a la forme d’un tirebouchon. L’intérieur de la boite est peint et on trouve une chaufferette électrique en fer. Ce petit appareil de chauffage est relié à avec un fil électrique et à une prise de courant.

Artiste : maison centrale de Saint-Maur
Provenance : maison centrale de Saint-Maur. Transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1960
Dimensions : 16.7 cm de hauteur ; 12.2 cm de longueur ; 15 cm de largeur
Matérialité : bois ; fer ; aiguilles

Boite métallique de cigares transformée en poste de radio

Radio fabriquée avec une boîte de cigares rectangulaire en métal. Sur le dessus est inscrit « REINITAS ». C’est une marque brésilienne des années 1960. L’artiste a recyclé un produit matérialisé. A l’intérieur de la boîte se trouvent des éléments résistants qui permettent d’écouter la radio.

Artiste : inconnu
Provenance : Maison Centrale de Saint-Maur. Transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1960
Dimensions : 2.8 cm de hauteur ; 14.7 cm de longueur ; 9 cm de largeur
Matérialité : tôle

Boîte de cigares en bois transformée en poste de radio

Radio fabriquée avec une boîte de cigares en bois rectangulaire. Sur le couvercle est écrit « MECCARILLOS ». Cette dernière est une appellation commerciale de cigares créée en 1911. A l’intérieur se trouvent des résistances et des fils électriques. Ces derniers permettent d’avoir accès la radio. Le détenu a séparé les fils électriques et a retiré le fil de terre sur toute la longueur.

Artiste : inconnu
Provenance : maison Centrale de Saint-Maur. Transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : 1960
Dimensions : 4 cm de hauteur ; 12.2 cm de longueur ; 9.5 cm de largeur
Matérialité : résistances, fils électriques, cosses, bois, métal

Histoire - L'art en prison - Les arts de la débrouille - Arts du divertissement. Poste radio

Paire de dés argentés

Ces dés à six faces sont de couleur argent. Il est possible que cela soit du fer ou du zinc. Les points représentent les chiffres. Les dés permettaient aux détenus de jouer. Cette couleur donne aussi l’impression aux détenus d’avoir un objet précieux.

Artiste : inconnu
Provenance : Transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : XIXe-XXe siècles
Dimensions : un dé mesure 1.7 cm de hauteur, 1.6 cm de longueur
Matérialité : métal ; crayon noir

Mini haltères pour faire du sport

Ces haltères de petites tailles ont été créés à partir de tubes en cuir. Du ruban adhésif a été collé aux extrémités. Le milieu de l’objet est de couleur rouge. Pour séparer le ruban adhésif de la partie rouge, des clous ont été utilisés. Ces altères servaient à faire du sport en détention.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 41 cm de hauteur ; 2.5 cm de diamètre
Matérialité : cuir ; ruban adhésif 

Histoire - L'art en prison - Les arts de la débrouille - Arts du divertissement. Mini haltères
Histoire - L'art en prison - Les arts de la débrouille - Arts du divertissement. Appareil de musculation

Appareil de musculation

Plusieurs bracelets élastiques ont été assemblés. A l’extrémité, il y a une petite poignée en élastique rose. Elle servait à tirer sur les élastiques car l’objet permettait de réaliser des exercices de musculation.

Artiste : inconnu
Provenance : transfert maison d’arrêt La Santé, 2015
Date : deuxième moitié du XXe siècle
Dimensions : 42 cm de longueur ; 10 cm de largeur
Matérialité : élastiques

Guitare artisanale avec des inscriptions

Cette guitare artisanale est en bois. Des fils de fer ont été utilisés pour faire des cordes. L’artiste a utilisé des boutons en fer pour les clés. Sur le manche sont collés des boutons en plastique blanc pour indiquer les touches. L’artiste a utilisé du tissu blanc pour accrocher la guitare. Sur l’instrument une inscription est gravée : « Vous Avez Déjà Ma Liberté ; Fred » « n.2 » « 12 ». L’artiste a certainement inscrit son prénom. La phrase inscrite raconte la situation actuelle du détenu.

Artiste : inconnu
Provenance : maison d'arrêt de Foix, août 2018
Date : XXe siècle
Dimensions : 76.5 cm de hauteur ; 25.2 cm de longueur
Matérialité : bois ; fer ; plastique ; tissu 

Histoire - L'art en prison - Les arts de la débrouille - Arts du divertissement. Guitare
Histoire - L'art en prison - Les arts de la débrouille - Arts du divertissement. Guitare

Guitare

La guitare est en bois. Les cordes ont été faites avec du fil de fer. Le manche de la guitare est en fer, ainsi que les touches. L’artiste a utilisé un morceau de bois pour le chevalet et un autre pour le sillet de tête. Enfin, il percé six trous pour que l’instrument raisonne. Du tissu blanc a été utilisé pour soutenir la guitare afin qu’elle puisse être accrochée au mur.

Artiste : inconnu
Provenance : maison d'arrêt de Foix, août 2018
Date : inconnue
Dimensions : 79 cm de hauteur ; 16 cm de longueur
Matérialité : bois ; fil ; fer ; tissus blanc

Guillotine miniature

Guillotine miniature en bois, réalisée très certainement par un forçat du bagne de Guyane. Elle est disposée sur un plateau à bascule. Le billot est de forme circulaire et la lame en fer est suspendue à un fil. Elle est décorée de motif végétal. La guillotine était nommée « bois de justice ».

Artiste : inconnu
Provenance : Transfert Musée National des Prisons de Fontainebleau
Date : inconnu
Dimensions : 39 cm de hauteur ; 23 cm de longueur
Matérialité : bois ; fer