Vous êtes ici

Les Ateliers du CIRAP

Les Ateliers du CIRAP

RESCALED : de la prison à la maison de détention

Emilie Adam-Vezina, Docteure en socio-anthropologie, coordinatrice du projet Rescaled en France piloté par l’association Farapej  - 29 mars 2022

Changer la manière dont la détention est organisée en transformant les prisons en maisons de détention. C’est l’objectif du projet européen RESCALED. Les maisons reposent sur 3 piliers : la petite taille, la spécialisation (niveaux de sécurité et activités) et l’ancrage dans l’environnement local. Les maisons de détention doivent permettre aux personnes détenues d’exécuter leur peine dans des conditions dignes, favorisant un parcours de désistance et aux personnels d’évoluer dans de bonnes conditions de travail. Ce nouveau modèle implique des changements dans les métiers de l’administration pénitentiaire, l’architecture, l’accent sur la sécurité dynamique ou encore les liens avec les collectivités. Une utopie ? La présentation fera le point sur les projets conduits dans d’autres pays européens, les recherches menées sur les 3 piliers et le contexte français.

Voir l'intervention d'Emilie Adam-Vézina


Souffrance et travail des personnels de surveillance pénitentiaire

Emilie Piouffre-Sauvaget, docteure en Psychologie clinique, Psychologue libérale, Psychothérapeute et chargée d'enseignement à l'Université de Poitiers - 15 février 2022

A l’occasion de sa participation à l’Atelier du Cirap du 15 février 2022, Emilie Piouffre-Sauvadet, docteure en psychologie clinique, psychologue libérale, psychothérapeute et chargée d'enseignement à l'Université de Poitiers, a présenté des éléments saillants de sa thèse pourtant sur le mal-être et le suicide des personnels pénitentiaires. Elle cherche à comprendre pourquoi les surveillants pénitentiaires se suicident plus que la population générale et que leurs collègues policiers. Bien que cette question fondamentale ne trouve pas de réponse absolue et oblige à faire avec sa part irréductible de mystère, elle permet à Emilie Piouffre-Sauvaget d’éclairer autrement la centralité du travail dans l’être de l’homme ainsi que la complexité du métier de surveillant(e). Cette analyse singulière permet donc non seulement de dégager les ressorts de la souffrance au travail des personnels pénitentiaires mais d’ouvrir des perspectives permettant de la dépasser par la voie du collectif.

Voir L'intervention de Emilie Piouffre-Sauvaget

En savoir plus

Lire Les Chroniques du Cirap, n°31 : Souffrance et travail des personnels de surveillance pénitentiaire