Vous êtes ici

La formation des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation

La formation des Conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation

Durée de la formation

La durée de la formation initiale préalable à la titularisation dans le corps des conseillers pénitentiaires d'insertion et de probation de l'administration pénitentiaire est fixée à 2 ans.

Elle comprend une première année passée en qualité d'élève conseiller pénitentiaire d'insertion et de probation, et une seconde année passée en qualité de stagiaire.

Les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation recrutés par la voie du concours externe sur titres suivent une formation statutaire de douze mois en qualité de stagiaire.

Objectifs de la formation

Dans une perspective de prévention de la récidive, le conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation participe à la préparation des décisions à caractère pénal et à l’exécution des mesures restrictives et privatives de liberté et aide les personnes placées sous main de justice qui lui sont confiées à réintégrer le corps social.

Sa formation initiale doit ainsi lui permettre le développement des compétences sociales, humaines et juridiques mais aussi, au regard des récentes évolutions législatives et règlementaires, l’acquisition de compétences dans les domaines de la criminologie, du droit de l’exécution des peines, du droit des victimes, des écrits professionnels et de conduite d'entretien.

La formation a pour objectifs :

  • la professionnalisation des élèves et stagiaires conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation pour répondre aux missions du service public pénitentiaire ;
  • l’acquisition des compétences essentielles à l’exercice du métier de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation, telles qu’identifiées à partir des référentiels des pratiques opérationnelles et déclinées dans le référentiel de formation.

Ainsi, à l’issue de la formation statutaire, le conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation stagiaire doit être capable de remplir les fonctions du grade de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation de classe normale ; à cet égard, la formation privilégie :

  • l’adhésion aux valeurs de service public et au code de déontologie du service public pénitentiaire ;
  • l’acquisition d’un positionnement professionnel adapté dans l’exercice de ses missions ;
  • la connaissance des publics et l’intégration dans l’environnement professionnel pénitentiaire ;
  • l’acquisition des compétences juridiques et réglementaires nécessaires à l’exercice des missions ;
  • l’acquisition des procédures, des outils et des techniques professionnelles indispensables à l’accomplissement des missions.

Organisation des stages pratiques

Les stages doivent permettre de découvrir et d’exercer le métier de CPIP dans des environnements professionnels différents. Cette confrontation à l’hétérogénéité des pratiques, des organisations de service et des publics pris en charge alimente l’enrichissement professionnel et participe au développement des compétences attendues.

En première année
  • Le stage découverte du milieu carcéral permettra aux élèves d’appréhender le rôle du personnel de surveillance, notamment sa contribution à la mission d’insertion, et de comprendre le fonctionnement d’un établissement pénitentiaire.
  • Le stage auprès d’un service relevant de la protection judiciaire de la jeunesse permettra aux élèves issus du corps des personnels de surveillance de découvrir des modalités de prise en charge d’un public spécifique.
  • Le stage découverte du SPIP permettra une première approche des missions du CPIP et de son environnement professionnel en vue des stages de mise en situation.
  • Le stage en tribunal judiciaire permettra de découvrir les différentes phases de la chaîne pénale et d’appréhender l’organisation concrète d’un tribunal.
  • Les deux stages de mise en situation permettront l’acquisition progressive des compétences professionnelles et l’intégration d’un comportement professionnel adapté. Les élèves seront mis en situation de réaliser les principaux actes professionnels.
  • Les trois stages en service pénitentiaire d’insertion et de probation de la première année seront réalisés sur un même service avec une découverte, dans la mesure du possible, du milieu ouvert et du milieu fermé.   
En deuxième année
  • Les stages de professionnalisation permettront la prise d’autonomie du stagiaire, le développement des qualités relationnelles et techniques du stagiaire.
  • Les trois stages en service pénitentiaire d’insertion et de probation de la deuxième année seront réalisés sur un service ou une antenne différent(e) de celui de la première année.
  • Le stage « partenaire » permettra d’appréhender la manière dont les principales politiques publiques d’insertion (travail et formation, hébergement, soins et accès aux droits) se déclinent sur le territoire.
L’affection en stage

Chaque catégorie de stage fait l’objet d’une affectation spécifique.
L’article 6 de l’arrêté de formation dispose que « Afin de favoriser les conditions d’apprentissage, le directeur de l’Ecole nationale d’administration pénitentiaire décide des affectations sur les lieux de stage ».
Il relève donc des attributions de l’unité de formation d’affecter les élèves sur leurs lieux de stages.
Le directeur de l’Ecole peut au cours du stage modifier l’affectation d’un élève ou d’un stagiaire, dans un intérêt pédagogique.

Cas d’incompatibilité

Le régime des incompatibilités a notamment pour objectifs :

  • de permettre aux élèves et stagiaires CPIP d’effectuer leur stage dans les meilleures conditions pédagogiques possibles, sans que les fonctions exercées précédemment n’interfèrent dans les relations avec les tuteurs de stage et leurs interlocuteurs
  • d’assurer une évaluation impartiale

Stage en SPIP
Empêchement à affecter sur un SPIP toute personne qui aura travaillé/ été en stage ou autre activité rémunérée ou non au moins 2 mois au cours des 2 dernières années précédant l’entrée en formation auprès :
du service de l’application des peines du tribunal judiciaire du ressort du SPIP (la cour d’appel n’est pas concernée)
du service du parquet du tribunal judiciaire du ressort du SPIP, si ses fonctions l’ont amenée à entrer en contact direct avec les personnes condamnées ou poursuivies
de l’établissement pénitentiaire du ressort du SPIP
Empêchement à être affecté sur un SPIP où l’élève a un lien personnel avec une personne prise en charge par le service
Empêchement à être affecté sur un SPIP où l’élève a un lien familial avec un agent du service
 
Stage découverte du milieu carcéral
Empêchement à affecter sur un établissement pénitentiaire toute personne qui y aura travaillé/ été en stage ou autre activité rémunérée ou non au moins 2 mois au cours des 2 dernières années précédant l’entrée en formation
Empêchement à être affecté sur un établissement où l’élève a un lien personnel avec une personne prise en charge par le service
Empêchement à être affecté sur un établissement où l’élève a un lien familial avec un agent du service
 
Stage en tribunal judiciaire
Empêchement à affecter sur un TJ toute personne qui y aura travaillé/ été en stage ou autre activité rémunérée ou non au moins 2 mois au cours des 2 dernières années précédant l’entrée en formation
Empêchement à être affecté sur un TJ où l’élève a un lien familial avec un agent du tribunal

Il appartient à l’élève et au stagiaire de signaler sans délai aux responsables de l’unité de formation toute situation relevant des cas énumérés ci-dessus.

validation de la formation

A l’issue de chaque année de formation, les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation élèves et stagiaires font l’objet d’un classement établi par la commission d’aptitude professionnelle à partir des notes obtenues dans les différentes évaluations :

  • Evaluations écrites, en présentiel ou en distanciel, qui prennent la forme de questions à réponses courtes, de questions à choix multiples, d’études de cas et/ou de productions écrites de fin d’année ;
  • Eévaluations orales, en présentiel ou en distanciel, qui prennent la forme d’un exposé ou d’une soutenance de la production écrite de fin d’année ;
  • Evaluations pratiques de l’utilisation d’applicatifs informatiques ;
  • Grilles d’évaluation de stage.

Les modalités d’organisation et les coefficients des différentes épreuves sont fixés dans le livret de formation.

Les élèves/stagiaires conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation qui ont obtenu un nombre total de points égal à la moyenne des épreuves et font preuve d’un positionnement professionnel compatible avec l’exercice des fonctions de conseiller pénitentiaire d’insertion et de probation sont proposés à la stagiairisation par la commission d’aptitude professionnelle.