Vous êtes ici

Etudiants de l'ENAP

Les chroniques du CIRAP

Les chroniques du CIRAP, parution trimestrielle de quatre pages, ont pour vocation de diffuser largement les recherches et les réflexions menées autour du champ pénitentiaire.

Un article principal présente des résultats ou des analyses liés aux recherches menées par le Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire ou par des chercheurs extérieurs. Des rubriques plus courtes permettent d'aborder différents thèmes (actualité pénitentiaire, actualité scientifique, lecture commentée etc.) ainsi que de donner des informations sur les publications du CIRAP et l'activité de l'ENAP.

Le contrôle des obligations en milieu ouvert : ambiguïtés du cadre et recomposition des pratiques professionnelles

Clément Margaine. Les Chroniques du Cirap, n°22 –  juin 2017

Le champ de la probation française est marqué depuis une vingtaine d’années par un mouvement de recomposition tendant à une (re)définition des missions des professionnels de l’exécution des peines. Cette chronique vise à mieux cerner les mouvements parfois contradictoires touchant la probation, prise, plus spécifiquement, dans sa dimension contraignante et coercitive, à partir du droit positif mais également des discours et des pratiques des professionnels de l’exécution des peines en matière de contrôle du respect des obligations et interdictions applicables en milieu ouvert. Comment les acteurs intervenant dans le champ de la probation appréhendent la contrainte et plus largement la dimension coercitive du milieu ouvert que représentent ces obligations ? Quelles sont les difficultés auxquelles ces professionnels sont confrontés et les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour dépasser ce cadre coercitif ?

Consultez la chronique du CIRAP

 


 

Les détenus âgés et le cadre professionnel des surveillants

Cécile Rambourg. - Les chroniques du Cirap, n°21 - juillet 2016

La présence de détenus âgés en prison ne pose pas seulement la question de la compatibilité de l’état des personnes avec la détention, et réciproquement. Elle pose également la question de l’enfermement de personnes diminuées et de leur garde par des personnels dont la mission principale est la sécurité d’un établissement. Cette Chronique traite de la prise en charge des personnes détenues âgées par les personnels de surveillance, et montre que ces derniers appréhendent et situent les détenus âgés à partir des fonctions de la peine, de la prison et des quatre figures du détenu qui leur sont connexes : des figures proprement politiques du détenu, celles de l’ennemi et du citoyen et des figures qui relèvent d’une biopolitique, celles de la menace et de l’usager. Ainsi, il apparaît que les personnels pénitentiaires doivent, dans l’exercice de leurs fonctions, prendre en charge un détenu aux figures inconciliables et pourtant concomitantes : il demeure un citoyen à réintégrer tout en étant un ennemi à neutraliser, et constitue une menace dont il faut se protéger tout en étant un usager à qui il faut proposer des prestations. Les personnels pénitentiaires personnels héritent directement de ces ambivalences et doivent travailler au cœur même du paradoxe qu’exacerbe le détenu âgé du fait des vulnérabilités et des fragilités afférentes au vieillissement. 

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les délinquants sexuels et leur gestion par le risque : un déni du social

Guillaume Brie. - Les chroniques du Cirap, n°20 – septembre 2015

Cette Chronique analyse la prise en charge pénitentiaire des délinquants sexuels à l’aune du paradigme de la gestion des risques. Précisément, la prévention a pris un nouveau sens depuis qu’il est question de lutte contre la récidive : il s’agit moins d’agir sur les causes présumées de la délinquance que de déterminer des individus à risque au vu du renforcement de leur suivi. Dès lors, cette Chronique montre comment cette politique préventive produit une définition du risque et de ses facteurs pour agir ; au risque, pour les promoteurs de cette approche, de prendre la réalité du modèle pour le modèle de la réalité.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Le droit disciplinaire pénitentiaire : une approche européenne. Analyse des systèmes anglo-gallois, espagnol et français à la lumière des droits de l'Homme

Joana Falxa, Enap. Les Chroniques du Cirap, n°19 - juillet 2015

Ce numéro des Chroniques du Cirap présente la synthèse d’une thèse de doctorat en droit financée par la bourse doctorale de l’École nationale d’adminis­tration pénitentiaire (Énap),  portant sur « le droit disciplinaire pénitentiaire : une approche européenne. Analyse des systèmes anglo-gallois, espagnol et français à la lumière du droit européen des droits de l’homme ». Elle a été  soutenue le 7 novembre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour par Joana Falxa.
 L’intérêt croissant des instances du Conseil de l’Europe pour les questions pénitentiaires et plus générale­ment l’incidence de la jurisprudence de la Cour euro­péenne des droits de l’homme (la Cour) sur les droits internes fait émerger certains standards juridiques communs applicables à l’ensemble de la population détenue en Europe. L’apparition de ces standards in­terroge avec une particulière acuité les modes de ges­tion de la discipline dans les différents systèmes péni­tentiaires européens et leur conformité aux attentes des instances européennes.
Dans cette recherche, le choix d’une approche comparée de la discipline pénitentiaire s’est rapidement imposé. Elle revêt trois dimensions distinctes : la comparaison horizontale, classique, entre trois systèmes pénitentiaires distincts (systèmes anglo-gallois, espagnol et français) ; la comparaison verticale qui cherche à déterminer la position des instances du Conseil de l’Europe, et en particulier de la Cour européenne des droits de l’homme, sur les questions relatives aux garanties processuelles applicables en matière disciplinaire pénitentiaire, afin de proposer ensuite une analyse des droits internes à l’aune des standards dégagés ; la mise en perspective du droit disciplinaire pénitentiaire avec la pratique pénitentiaire prise de manière globale. 

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les premières migrations professionnelles des surveillants pénitentiaires : Affectations et origines des 153-184èmes promotions

Canèle Cavaillès, Enap, Observatoire de la formation. Les chroniques du Cirap, n°18 – mars 2015

Dans les différentes fonctions publiques, « les mobilités sont en partie conditionnées par les modes de gestion » des ressources humaines. Ces modes de gestion, souvent centralisés, cherchent prioritairement à répondre aux besoins quantitatifs, parfois urgents, des services publics. C’est le cas de l’administration pénitentiaire qui, par manque de personnel, priorise les postes laissés vacants par les titulaires pour y affecter les nouveaux agents formés. Les surveillants en sortie de formation vont ainsi constituer la principale « variable d’ajustement pour combler les postes vacants dans les zones les moins demandées ». De cette manière, les postes proposés aux surveillants stagiaires correspondent aux postes non pourvus par les surveillants titulaires après les délibérations des commissions administratives paritaires (CAP). Ce système de gestion centralisée détermine en amont les premières destinations professionnelles des surveillants.
La répartition des postes disponibles s’effectue lors de l’amphithéâtre d’affectation, selon un principe unique : le mérite. L’élève le mieux classé est le premier à choisir son poste et ainsi de suite. Ainsi, l’amphithéâtre d’affectation constitue un espace de liberté restreint, au sein duquel les élèves déploient diverses stratégies de mobilité, afin de répondre, au mieux, aux enjeux professionnels et personnels induits par cette première migration.
L’objet de ce travail est de rendre compte des premières destinations professionnelles des surveillants pénitentiaires, au travers de 32 promotions, soit 14.977 élèves recrutés de 2002 à 2013 et ayant appartenu aux 153 – 184èmes promotions. A ce titre, l’étude qui suit dresse un panorama de leurs affectations en fin de formation et de leurs mobilités géographiques en début de carrière.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les rationalités de la probation française

Olivier Razac (CIRAP) ; Fabien Gouriou (CIAPHS) ; Grégory Salles (CLERSE). Les chroniques du Cirap, n°17 - mars 2014

Depuis une vingtaine d’années, le champ de la probation française a connu des changements rapides, rythmés par une diversification des mesures pénales, une augmentation de la population suivie, mais aussi une série de textes réglementaires modifiant l’organisation des services et tentant de préciser, voire de redéfinir, la nature des missions. Cette évolution ne s’est pas déroulée sans provoquer des conflits révélateurs d’un problème de fond, qui réside dans la multiplicité des registres d’action que les conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation doivent manipuler dans les prises en charge. On peut diagnostiquer que cet éclectisme des pratiques pose à la fois des problèmes théoriques, éthiques et politiques, relatifs à la maîtrise des différentes connaissances nécessaires, à la pluralité des positionnements relationnels et à celle des formes de légitimation.
Cette Chronique du Cirap présente une recherche dont l’objectif est de définir le plus rigoureusement possible les rationalités qui structurent le fonctionnement de la probation française de manière à clarifier les types de relation qu’elles entretiennent. Six rationalités structurantes sont ainsi identifiées, chacune possédant une consistance et des exigences spécifiques : le pénal, l’éducatif, le social, le sanitaire, la gestion des risques criminels, la nouvelle gestion publique. La thèse principale de ce travail affirme qu’il n’est pas possible de postuler la synergie entre toutes ces rationalités, tant leur mise en relation ne peut manquer de provoquer de multiples contradictions, tensions et torsions du sens donné aux pratiques. La proposition essentielle qui en découle consiste à encourager l’élaboration de ce sens à partir des conditions concrètes de prise en charge et au plus près de ceux qui y sont impliqués. Il s’agit en particulier de proposer aux professionnels une grille de lecture éclairante de leurs différents registres d’action sans en estomper la complexité et les conflictualités.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les premières destinations professionnelles des CPIP. Affectations et origines des 2ème à 16ème promotions

Laurent Gras, responsable de l’Observatoire de la formation, et Marie Lapeyronie, chargée d’études à l’Observatoire de la formation. Les chroniques du Cirap, n°16 - avril 2013

L’objet de ce travail est de rendre compte des premières destinations professionnelles des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (CPIP), au travers de 15 promotions, soit 2211 élèves recrutés de 1996 à 2011 et  ayant appartenu aux 2-16èmes promotions. A ce titre, l’étude qui suit dresse un panorama de leurs affectations en fin de formation et de leurs mobilités géographiques en début de carrière.
 Du point de vue de l’administration pénitentiaire, les affectations des CPIP répondent à deux règles de la fonction publique : la mobilité des agents et la priorité donnée à l’ancienneté pour les mutations. Les postes proposés en fin de formation aux nouvelles recrues sont de fait ceux qui restent après la commission administrative paritaire. En conséquence, l’une des spécificités du dispositif d’affectation des stagiaires est de n’entretenir aucun rapport avec leur origine géographique. Certes, le bénéfice d’un bon classement en fin de première année donne davantage de probabilités aux meilleurs élèves d’obtenir des postes proches de leur origine régionale. Cependant, d’un point de vue administratif, aucune mesure spécifique n’est mise en oeuvre pour favoriser ces rapprochements, ce qui génère de nombreux enjeux professionnels et personnels.
La question est alors de savoir dans quelle mesure les lieux d’affectation correspondent à ceux d’où proviennent les élèves. La comparaison entre la répartition des effectifs dans les DISP d’affectation et celle dans les DISP communément appelées d’origine – où a été passé le concours – est à ce titre riche d’enseignements, notamment du point de vue des flux interrégionaux. Avec ces données, il devient effectivement possible de reconstituer « la géographie des parcours professionnels », autrement dit la mobilité géographique des agents en début de carrière. Ce point est d’ailleurs d’autant plus important qu’il peut impacter vivement l’organisation des services et le renouvellement des équipes.   

Consultez la chronique du CIRAP
 


Repères sur l’administration pénitentiaire aux Etats-Unis

François Dieu, professeur des Universités, directeur de la recherche et de la documentation à l’Enap. Les chroniques du Cirap, n°15 – octobre 2012

Le dernier numéro des "Chroniques du CIRAP" aborde les principaux traits de l'administration pénitentiaire aux Etats-Unis. Il s'agit d'un objet de recherche ayant donné lieu, depuis plusieurs années, à de nombreux travaux, notamment sur les conditions de travail, les motivations et les valeurs professionnelles observables dans les diverses administrations fédérales et locales en charge, Outre-Atlantique, de la surveillance et de la réinsertion des personnes détenues. En dépit des différences manifestes avec la situation française, les données et analyses rassemblées par François Dieu dans cet article n'en contribuent pas moins, dans un souci d'ouverture et de comparaison, à éclairer quelque peu nos réflexions actuelles sur la "matière pénitentiaire". 

Consultez la chronique du CIRAP
 


La femme délinquante en milieu carcéral : le cas de la maison d’arrêt et de correction d’Abidjan (MACA)

Dr Boah Henry Yebouet, UFR Criminologie – Université de Cocody Abidjan – Les chroniques du Cirap, n’14 - Août 2012

Dans le cadre de la politique de coopération avec la Côte d’Ivoire, l’Enap ouvre les colonnes des Chroniques du Cirap à la réalité carcérale ivoirienne, notamment en matière d’incarcération des femmes. Ce numéro des Chroniques du Cirap, rédigé par un enseignant-chercheur de l'Université de cocody Abidjan, analyse la question de l'incarcération des femmes à la Maison d'Arrêt et de Correction d'Abidjan (MACA). Il soulève la problématique plus générale de la prise en charge du délinquant en milieu carcéral. Cette problématique est en fait très complexe et demande d’être étudiée à la lumière de plusieurs réalités : perception de la délinquante et de la prison par la femme, moralité de la femme ivoirienne, politique criminelle … En Côte d’Ivoire, la faiblesse des moyens et le peu d’intérêt accordé au délinquant concourent à considérer la prison comme ‘‘la cité des oubliés’’, l’endroit où l’on ‘‘fait son temps’’. L’environnement et le cadre de vie n’offrent pas des perspectives à la délinquante. Tout au plus, le temps faisant son œuvre, la détenue prend conscience du mal qu’elle a causé à la société. Dans cet univers, la fille délinquante ne bénéficie pas des avantages que son statut de mineure lui concède. Sa vie, au contact permanent des adultes, n’est pas faite pour faciliter son retour à la vie normale, étant entendu que sa présence dans l’univers carcéral n’a pour finalité que de la rééduquer. Comment peut-on alors apprécier l’utilité de la prison en tant que moyen de reclassement ? Cette question reste lancinante dans les développements proposés ici par le Dr Henri Boah Yebouet de l'UFR de Criminologie d'Abidjan.

Consultez la chronique du CIRAP
 

Faire vivre les relations entre le personnel médical et le personnel pénitentiaire en établissement : la gestion de la complexité

Olivier Guidi, élève Directeur des services pénitentiaires de la 40ème promotion. Les chroniques du Cirap, n°13 - Avril 2012

Ce numéro des Chroniques du CIRAP est écrit par un élève directeur des services pénitentiaire de la 40ème promotion à partir de son étude de stage sur « les relations entre personnel médical et personnel pénitentiaire en établissement ». Il montre en particulier la complexité des relations entre deux catégories de personnels aux identités et à la culture très fortes et parfois divergentes : le personnel médical et le personnels pénitentiaire.  Si leur cohabitation a été instituée par la loi du 18 janvier 1994 relative à la santé publique et à la protection sociale, dans l’intérêt des personnes détenues, il revient aux différents acteurs à faire vivre ces relations en conciliant les obligations légales et les prises de position individuelles, en exploitant pertinemment les espaces de coopération existants et en construisant des partenariats plus fructueux.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Déontologie et fonction publique : les ambiguités d’une nécessité

Christophe de Nantois et Olivier Razac, enseignants chercheurs au Cirap/Enap. Les chroniques du Cirap, n°12 - octobre 2011

Le « code de déontologie du service public pénitentiaire » promulgué le 30 décembre 2010 en lien avec la loi pénitentiaire est une innovation importante fragilisée par certaines ambiguïtés. Ambiguïtés délicates à résoudre d’autant plus qu’elles se situent au sein d’une difficulté plus générale : la conciliation à opérer entre un code de déontologie et la réalité administrative, entre une logique professionnelle et le statut de fonctionnaire. Pourtant, le débat parlementaire relatif à l’adoption de cette loi avait montré l’intérêt d’élaborer un tel code malgré ces mêmes ambiguïtés qui furent soulevées alors. Cet intérêt se situe certainement davantage dans une dynamique professionnelle qu’il faudrait entretenir, et dont le code ne serait qu’un point de départ, plutôt que dans le texte lui-même. C’est que tentent de montrer Christophe De-Nantois et Olivier Razac dans ce numéro 12 des Chroniques du Cirap.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les rencontres détenus–victimes à  la maison centrale de Poissy : un retour d’expérience

Robert Cario (Professeur de criminologie à l’Université de Pau) et Paul Mbanzoulou (chef du département de la recherche, Responsable du CIRAP à l’Enap). Les chroniques du CIRAP, numéro spécial - n° 11 - Juillet 2011

Ce numéro des Chroniques du CIRAP revient sur la première expérimentation des Rencontres Détenus-Victimes (RDV) réalisée en 2010 à la Maison centrale de Poissy en partenariat avec l’INAVEM (Institut national d’aide aux victimes et de médiation), le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP) des Yvelines et l’Enap (Département de la recherche). En effet, les rencontres restauratives post-sentencielles qui ont vu le jour dans les années 1980 en Amérique du Nord arrivent progressivement en France. Elles concernent généralement les infractions les plus graves. C’est la modalité des rencontres Détenus-Victimes qui est aujourd’hui retenue. Elle permet à des victimes de rencontrer durant cinq à six séances, dans une démarche d’intercompréhension, sous la responsabilité des animateurs formés à la médiation et en présence des représentants de la communauté, des détenus ayant commis les mêmes faits que ceux qu’elles ont subis (protagonistes substituts). Ce numéro spécial des Chroniques du CIRAP restitue le difficile cheminent ainsi que les bénéfices variables des victimes et détenus ayant participé à cette expérimentation.

Consultez la chronique du CIRAP
 


L'architecture carcérale : des mots et des murs. Synthèse des interventions du colloque organisé à l'Ecole nationale d'administration pénitentiaire

Cécile Rambourg et Olivier Razac, enseignants chercheurs au Cirap. Les chroniques du Cirap, n°10 - février 2011

Du 1er au 3 décembre 2010, s’est tenu à l’ENAP un colloque autour de l’architecture carcérale regroupant des chercheurs, des architectes, des membres de l’agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ), des délégations étrangères (Algérie, Equateur, Espagne, Roumanie) et des personnels de l’administration pénitentiaire.
Ce numéro spécial des Chroniques du CIRAP fait la synthèse des interventions prononcées au cours de ces journées. Il s’agit de comprendre le processus complexe de l’émergence d’un établissement pénitentiaire. Cette synthèse tente ainsi de saisir comment s’articulent les différentes logiques en jeu à toutes les étapes de sa conception et les décalages qui s’introduisent, à chaque fois, entre le souhait et la réalité et, plus précisément, entre l’utopie et le projet (la prison idéale), entre le projet et la construction (la prison réelle) et entre la construction et les usages (la prison habitée).

Consultez la chronique du CIRAP
 


La spécificité de l’administration pénitentiaire vue par le juge administratif

Christophe de Nantois, enseignant-chercheur Enap / Cirap. Les Chroniques du Cirap, n° 9 – octobre 2010

Par un arrêt du 29 mars 2010, le Conseil d’Etat a validé le décret du 10 juin 2008 relatif à l’encellulement individuel. Ce faisant, il considère que le droit à l’encellulement individuel n’est pas un droit absolu. Mais à cette occasion le juge administratif a, une fois de plus, fait reposer une partie de son argumentation sur deux expressions inhabituelles : « tout en tenant compte des contraintes résultant de la situation des établissements pénitentiaires » et « eu égard aux contraintes matérielles pesant sur l’administration pénitentiaire ». Par cette rédaction, le juge accorde une spécificité à l’administration pénitentiaire : la réalité et les difficultés de sa mission sont parfois intégrées dans l’examen juridique des normes qui encadrent son activité.

Consultez la chronique du CIRAP
 


La prise en  charge sanitaire et socio-éducative des auteurs d’agressions sexuelles : des évolutions croisées

Nathalie Gourmelon, enseignant-chercheur Enap / Cirap. Les Chroniques du Cirap, n°8 – juillet 2010

Ce numéro des chroniques du CIRAP présente une nouvelle recherche réalisée en 2009 par N. Gourmelon sur la prise en charge sanitaire et socio éducative des auteurs d’agressions sexuelles. Ces deux domaines convergent aujourd’hui vers une logique de gestion des risques, en valorisant les mêmes approches de type criminologique, les mêmes techniques cognitivo-comportementalistes.
Il s’agit dans ce texte de repérer, dans chacun des champs, les ingrédients principaux de ces évolutions afin d’éclairer les mécanismes institutionnels et professionnels à l’œuvre, autour de la prise en charge des auteurs d’agressions sexuelles.

Consultez la chronique du CIRAP
 


La nouvelle pénologie constitue-t-elle l'avenir de l'exécution des peines privatives de liberté ?

Marion Vacheret, Chercheure, Centre International de Criminologie Comparée - Professeure, Université de Montréal – n°7 – janvier 2010

Invitée au séminaire du CIRAP, Marion Vacheret, Professeure de criminologie à l’Université de Montréal, présente dans ce numéro des Chroniques, les différents aspects de la nouvelle pénologie, également appelée « justice actuarielle ». Celle-ci fonctionne selon des processus de sélection et de classement des personnes incarcérées et s’appuie sur des grilles de prédiction des potentiels de récidive. Elle est à l’œuvre au Canada depuis au moins une vingtaine d’années. L’auteur démontre combien ce modèle qui vise la rationalité et l’efficacité dans l’exécution des peines privatives de liberté, soulève encore des interrogations quant à son impact et sa réelle efficacité.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Comment le CIRAP participe-t-il à la mission de service public pénitentiaire de l'Enap

Paul M'Banzoulou, avec la participation des enseignants-chercheurs du CIRAP, n°6 - octobre 2009

Si la place de la recherche se conçoit volontiers dans l’univers scientifique des universités, des établissements publics à caractère scientifique et technologique (cnrs, inserm, ined, ird…) et de certaines officines privées, la création du CIRAP en 1999, en tant que laboratoire de recherche pluridisciplinaire au sein d’une école de formation professionnelle pénitentiaire, apparaît encore aujourd’hui comme une initiative originale. A l’occasion de son dixième anniversaire, ce numéro spécial questionne la participation du CIRAP à la mission de service public pénitentiaire de l’ENAP, en analysant les processus de production des savoirs et de restitution ciblée des résultats de la recherche. Il permet d’entrevoir la finalité des recherches menées au sein de l’équipe : enrichir la formation des personnels par des connaissances scientifiques élaborées à partir de l’analyse du champ pénitentiaire et contribuer à améliorer les pratiques professionnelles relatives à la prise en charge des personnes placées sous main de justice.

Consultez la chronique du CIRAP
 


Perpétuité : une réclusion à vie ?

Loïc Lechon (CIP - SPIP Charente Maritime - antenne La Rochelle-Saint Martin de Ré) - Les  Chroniques du CIRAP, n° 5 - juillet 2009

La réclusion criminelle à perpétuité est source d'ambiguïté, de sa terminologie à son régime juridique. La perpétuité n'est pas nécessairement pour toujours puisque un droit à l'aménagement de peine est prévu. Elle a donc une durée indéterminée plutôt qu'infinie. Or, contrairement à ce qui est trop souvent décrit ou dénoncé, il existe des enfermements à perpétuité qui vont jusqu'au bout. Cet article rend compte d'une recherche menée par un Conseiller d'insertion et de probation sur l'effectivité de la perpétuité en France. Il montre, en particulier, la complexité des causes qui conduisent certains réclusionnaires à exécuter leur peine "jusqu'à la mort".

Consultez la chronique du CIRAP
 


Le vécu des personnes placées sous surveillance électronique mobile. Premières impressions.

Olivier Razac - Les Chroniques du Cirap, n°4 - avril 2009

Le placement sous surveillance électronique mobile est une modalité tout à fait récente de l'application des peines. Ses enjeux restent pour l'instant largement méconnus. Il s'agit dans ce numéro des Chroniques du Cirap de questionner les spécificités du PSEM, en particulier à travers le vécu des personnes placées. Malgré les difficultés liées au recueil et à l'analyse d'un tel vécu, les "premières impressions" que l'on peut en retirer mettent en lumière son caractère fortement paradoxal : entre sûreté et réinsertion, entre responsabilisation et contraintes comportementales, à la fois dehors et enfermé...

Consultez la chronique du CIRAP
 


La simulation dans une formation en alternance : le rôle des formateurs terrain

Laurence Cambon-Bessières - Les Chroniques du Cirap, n°3 - janvier 2009

Consultez la chronique du CIRAP
 


Evolution et enjeux du métier des surveillants pénitentiaires affectés à l’UHSI de Toulouse

Hélène Bazex - Les Chroniques du Cirap, n°2 - septembre 2008

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les UVF et le métier de surveillant

Cécile Rambourg - Les Chroniques du Cirap, n°1 - juin 2008

Consultez la chronique du CIRAP
 


Les nouvelles figures de la dangerosité. Synthèse des interventions du colloque international

Hélène Bazex, Paul Mbanzoulou et Olivier Razac - Les Chroniques du Cirap, n°0 - mars 2008 

Consultez la chronique du CIRAP