Vous êtes ici

Le retour des élèves de la 206e promotion sur le campus

Le retour des élèves de la 206e promotion sur le campus

Publié le : 12/01/2021

Promotion fortement impactée par la crise sanitaire, les élèves reviennent sur le campus de l’école, forts d’une première expérience en stage. Si le déroulé pédagogique a connu des modifications, nos élèves n’en restent pas moins motivés et impliqués pour acquérir les compétences attendues. A mi-parcours de leur cursus, nous sommes allés à leur rencontre.

Adrien, 27 ans nous confie sa fierté de porter l’uniforme, et une première expérience de terrain qui est venue conforter son intérêt pour les métiers de la sécurité. « Je doutais en début de formation, j’avais peur de regretter ce choix, moi qui hésitais avec la police ou la gendarmerie, mais aujourd’hui je suis convaincu de ma place au sein de l’administration pénitentiaire. Je me projette dans une carrière, pourquoi pas un jour vers une ELSP (équipe locale de sécurité pénitentiaire) ». Quant à la formation remaniée par les contraintes sanitaires, il y voit un côté positif : « Finalement, les cours à distance c’est très bien, certains cours sont tout aussi assimilables qu’en présentiel. Les cours « vidéo » réalisés par les formateurs étaient très stimulants ».

Cécile, 44 ans, le rejoint dans cette fierté de porter l’uniforme. Cette mère de famille volontaire nous livre la réflexion qui l’a amenée au métier : « Il n’est jamais trop tard pour prendre un nouveau départ ». Motivée par l’envie de construire une nouvelle carrière, cette élève s’est pleinement impliquée dans son stage, lequel a renforcé son choix de carrière « Je me suis sentie dans mon élément tout de suite, j’aime bouger, je pense qu’un poste en maison d’arrêt est fait pour moi ! ».

Eroan, jeune recrue de 21 ans et originaire de l’Île de la Réunion, a vécu cette période difficile avec sagesse. « Un seul mot m’a guidé cette année : patience ». S’il évoque quelques moments de stress face au numérique dans la cadre des cours à distance « J’avais peur que les documents n’aient pas été envoyés correctement, peur de perdre des points, peur de ne pas réussir cette formation », c’est aussi la distance avec ses proches et sa famille qui a été pesante « L’inquiétude de ne pouvoir aider si besoin était bien là ». Mais comme il l’évoque par ailleurs, l’immersion dans l’administration pénitentiaire « rend plus mature, rend plus grand. J’ai aussi mesuré ma chance face à certains parcours de vie, notamment face à des jeunes gens, parfois plus jeunes que moi et déjà incarcérés, le savoir n’est pas une surprise mais le vivre est un choc. » Eroan souhaite « découvrir toutes les possibilités de carrière avant de faire un choix réfléchi », et avise les jeunes qui hésiteraient à passer le concours « Faites-vous votre opinion vous-même, loin des préjugés ».

 

Enfin, Younès qui a intégré notre administration sur les conseils d’amis surveillants, explique qu’il s’agit pour lui d’un projet de longue date qu’il a pu réaliser cette année, avec à l’instar de ses camarades une « fierté de porter l’uniforme, une fierté de représenter l’Etat ». Cet élève de 38 ans évoque la nécessité pour certains cours d’être réalisés en présentiel :

« Il est nécessaire de mettre en pratique certaines séquences, je pense notamment aux exercices de lutte contre les incendies ou la mise en situation d’un détenu présentant des troubles du comportement, où le ressenti est important, et l’interaction ne peut advenir qu’en étant présent ».

Younès se projette vers les fonctions de moniteur de sport « J’ai exercé les fonctions d’entraîneur de foot pendant des années, et lorsque j’ai vu le relationnel des moniteurs de sports avec les personnes détenues pendant mon stage, ça m’a donné envie de tenter cette voie ».

Nous souhaitons à Adrien, Cécile, Eroan et Younès ainsi qu’à l’ensemble des élèves de la 206e promotion d’élèves surveillants, la pleine réussite de cette fin de formation.