Vous êtes ici

Atelier du CIRAP : « Promouvoir la formation universitaire en milieu carcéral. Expériences comparées entre la France et l’Italie.”présenté par Patrizia Pacini Volpe

Atelier du CIRAP : « Promouvoir la formation universitaire en milieu carcéral. Expériences comparées entre la France et l’Italie.”présenté par Patrizia Pacini Volpe

Publié le : 14/09/2021

Ce mardi 7 septembre le Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au champ Pénitentiaire organisait un atelier sur la thématique « Promouvoir la formation universitaire en milieu carcéral. Expériences comparées entre la France et l’Italie”avec la contribution de Madame Patrizia Pacini Volpe, chercheuse en science politique. Elle est associée au laboratoire Mesopolhis, qui est le centre méditerranéen de sociologie, de science politique et d’histoire rattaché au Cnrs et à l’université Aix-Marseille. Dans ses travaux scientifiques, elle s’intéresse aux aspects socio-politiques de la condition carcérale en Italie et en France, à partir d’études comparatives, et plus précisément en portant un regard sur le droit d’étudier et l’éducation universitaire en milieu carcéral.

Atelier du CIRAP : « Promouvoir la formation universitaire en milieu carcéral. Expériences comparées entre la France et l’Italie.”présenté par Patrizia Pacini Volpe
Atelier du CIRAP : « Promouvoir la formation universitaire en milieu carcéral. Expériences comparées entre la France et l’Italie.”présenté par Patrizia Pacini Volpe

L’université en milieu carcéral représente une opportunité importante, pour les détenus qui y accèdent, sous divers aspects : physique, psychologique, relationnel et social. Il s’agit d’une expérience significative qui a même un impact positif sur la future réinsertion des prisonniers dans la société libre. Cette contribution entend mettre en évidence, à travers le prisme de l’analyse comparative, les développements des parcours d’études universitaires en milieu carcéral en Italie et en France avec une référence particulière en ce qui concerne le droit à l’étude. L'expérience italienne consolidée au fil du temps, implique, actuellement, 31 université, environ 1000 détenus-étudiants inscrits, 70 établissements pénitentiaires participant par des conférences en présence de toutes les matières, dans des systèmes à sécurité faible, moyenne et élevée, sur tout le territoire national avec une coordination annuelle et des ressources économiques allouées ad hoc. En France, l’expérience de l'Université en prison est actuellement menée de façon plutôt vétuste avec des modes opératoires qui se limitent essentiellement à des cours par correspondance écrite, composés de documents papier envoyés par lettre, accompagnés d’informations et d’instructions sur la manière d’étudier. Les seuls cas où l’on donne des leçons en présentiel à l’intérieur des prisons sont dans la section des étudiants empêchés (S.E.E.) de l’Université Paris Diderot qui interagit traditionnellement avec la MA de Fresnes, la Santé et les prisons de Poissy et Osny.