Vous êtes ici

colloque ENAP octobre 2015

Actes de colloque

Colloque : L’efficacité du suivi des personnes placées sous main de justice

Ecole nationale d’administration pénitentiaire, 7 et 8 octobre 2015

L’Enap a organisé un colloque sur le thème de « l’efficacité du suivi de PPSMJ. Nouvelles problématiques et nouvelles pratiques ».
Ouverts par Philippe Lemaire, président du Conseil d’administration de l’Enap, les travaux de ce colloque ont été clôturés par Isabelle Gorce, directrice de l’administration pénitentiaire. 

Plus de 280 personnes ont pris part à ce colloque : les élèves directeurs des promotions 44 et 45, les élèves directeurs pénitentiaires d’insertion et de probation de la 8ème promotion, les élèves lieutenants de la 20ème promotion et les personnels pénitentiaires inscrits dans le cadre de la formation continue.

Comme l’a souligné Isabelle Gorce, ce colloque a permis de mettre en évidence les enjeux posés par le suivi des personnes placées sous main de justice, au regard des problématiques actuelles du service public pénitentiaire et de susciter un dialogue entre praticiens et chercheurs de plusieurs disciplines et horizons. Deux grands axes se sont nettement dégagés des travaux : l’accompagnement des professionnels par la recherche et l’accompagnement des PPSMJ vers la désistance par des professionnels de plus en plus lucides.

Le premier axe s’est traduit par la présentation de trois recherches actions de grande envergure : ROS (exécution des sanctions orientée vers les risque en Suisse) ; Quartier pour peines aménagées et PREVA.

La recherche-action PREVA associe particulièrement des chercheurs et des professionnels pénitentiaires des directions interrégionales de Paris et de Bordeaux afin d’optimiser des pratiques d’évaluation déjà en place ; de procéder à un état des lieux des pratiques d’évaluation en France et d’étudier la transposabilité des outils ayant fait leurs preuves à l’étranger dans le contexte français.

Le second axe s’est traduit par diverses expériences et initiatives témoignant de la volonté des personnels pénitentiaires à interroger régulièrement leurs pratiques et connaissances dans le but d’améliorer le suivi des personnes dont ils ont la charge en milieu fermé comme en milieu ouvert.
 


Colloque : Criminologie et pratiques pénitentiaires : une voie vers la professionnalisation des acteurs ?

Ecole nationale d’administration pénitentiaire – 2014

L’Enap a organisé les 25 et 26 novembre 2014 les 3èmes journées internationales de la recherche en milieu pénitentiaire sur le thème : Criminologie et pratiques pénitentiaires : une voie vers la professionnalisation des acteurs ?

L'ambition de cette troisième édition des journées internationales de la recherche en milieu pénitentiaire, réunissant à l'Enap des chercheurs et des professionnels, était de mieux comprendre les apports possibles de la criminologie à la professionnalisation des acteurs pénitentiaires.

Les intervenants à ce colloque ont proposé des éclairages sur les modèles de savoir mobilisés dans les pratiques pénitentiaires en France et à l'étranger. Ils ont ainsi montré dans quelle mesure les recherches criminologiques orientent leurs méthodes d'évaluation et de prise en charge des condamnés. Des expériences menées par différents services ont été présentées à cette occasion. Les participants ont noté l’effervescence que les nouveaux outils criminologiques engendrent au sein des services : l’entretien motivationnel, le programme CAIRN, des instances formatives autour des notions comme la réceptivité, les enjeux de l’évaluation. 

L’Enap a organisé les 25 et 26 novembre 2014 les 3èmes journées internationales de la recherche en milieu pénitentiaire sur le thème : Criminologie et pratiques pénitentiaires : une voie vers la professionnalisation des acteurs ?

L'ambition de cette troisième édition des journées internationales de la recherche en milieu pénitentiaire, réunissant à l'Enap des chercheurs et des professionnels, était de mieux comprendre les apports possibles de la criminologie à la professionnalisation des acteurs pénitentiaires.

Les intervenants à ce colloque ont proposé des éclairages sur les modèles de savoir mobilisés dans les pratiques pénitentiaires en France et à l'étranger. Ils ont ainsi montré dans quelle mesure les recherches criminologiques orientent leurs méthodes d'évaluation et de prise en charge des condamnés. Des expériences menées par différents services ont été présentées à cette occasion. Les participants ont noté l’effervescence que les nouveaux outils criminologiques engendrent au sein des services : l’entretien motivationnel, le programme CAIRN, des instances formatives autour des notions comme la réceptivité, les enjeux de l’évaluation. Ce colloque a été également l’occasion de découvrir précisément les méthodes et outils d'évaluation et de prise en charge utilisées à l’étranger (Nouvelle-Zélande notamment) et les pièges à éviter quand on y recourt (le cas du Canada). 

Philippe Lemaire, président du conseil d’administration de l’Enap, ouvrait ce colloque en rappelant qu’une grande école se doit de rayonner au-delà de ses murs en proposant des travaux qui permettent de réunir des acteurs de l’administration pénitentiaire et des universitaires.

Philippe Pottier, directeur de l’Enap, confirmait l’importance de l’organisation d’un colloque annuel : « Nous ne visons pas avec nos colloques à l’Enap à rechercher les solutions idéales et définitives, mais plus modestement, plus sûrement aussi, à réfléchir à comment faire mieux ici et maintenant, dans le monde tel qu’il est. »

Isabelle Gorce, Directrice de l’administration pénitentiaire, était présente pour clôturer ces deux journées de travaux. Elle a conclu en replaçant les travaux dans le contexte de la conférence de consensus et de la loi du 15 août 2014. Elle a incité les services et les agents à s’inscrire dans les pratiques innovantes dans la continuité des expériences abordées durant ce colloque.

Plus 350 personnes assistaient aux débats : élèves en formation initiale (CPIP 18 et CPI 7), étudiants en Master, personnels en formation continue, et personnes extérieures au ministère de la justice (13 inscrits).
 


Colloque ; Passage à l'acte ...traumatisme, résilience et effets transgénérationnels

C’est sous ce titre qui fût aussi celui du colloque organisé conjointement par l’ENAP, la Direction Interrégionale de Lyon (UiRFQ) et l’ENPJJ (Pôle Territorial de formation de Lyon) que l’éditeur Chronique Sociale vient d’en publier les actes. Préfacés par Boris Cyrulnik, ils permettront à celles et ceux qui n’étaient pas présents à ces travaux de s’interroger sur la notion, très déployée actuellement dans le champ des pratiques professionnelles de la probation, de passage à l’acte.

Les chercheurs, les praticiens et les témoins, par leurs contributions respectives ont permis d’ouvrir des éléments de compréhension des processus psychiques complexes qui éclairent sensiblement les conséquences du traumatisme qu’il s’entende comme conséquence du côté de la victime ou comme possible élément de rupture chez les sujets qui les agissent.

Dénis, clivages, refoulements ont ainsi un socle commun que les différentes vignettes cliniques présentées ont permis de mieux appréhender.

Autre concept inscrit au cœur de cette réflexion partagée, celui de résilience magnifiquement « disséqué » par le Dr. Cyrulnik qui en rappelle opportunément la filiation sémantique et professionnelle (à l’origine un terme de sous-mariniers).Le parcours de vie de Yazid Kerfi (ex délinquant devenu consultant en sécurité) et l’expérience conduite par Paul M’Banzoulou (juriste, criminologue et responsable de la recherche à l’Enap) à la maison centrale de Poissy de rencontres détenus/victimes illustrent magnifiquement les dynamiques processuelles qui s’y attachent.

Ce livre sera d’un grand profit à toutes celles et ceux, professionnels inscrivant leur action dans l’accompagnement des personnes et visant une transformation « allégeante» du comportement, de privilégier une écoute différente et plurifocale sur des réalités douloureuses, quoiqu’il en soit !

« Passage à l'acte, traumatisme, résilience et effets transgénérationnels » sous la direction de Chantal Rodet. Edition : Chronique Sociale, collection « Comprendre les personnes »
 


Colloque L'architecture carcérale : des mots et des murs

Ecole nationale d’administration pénitentiaire – 2010

L’Ecole nationale d’administration pénitentiaire a accueilli durant trois jours du 1er au 3 décembre 2010 un colloque sur « l’architecture carcérale » organisé par sa direction de la recherche dans le cadre du 10ème anniversaire de la délocalisation de l’Ecole à Agen.

Consulter le programme

Lire la synthèse des interventions

Lire le discours de M. LATHOUD, directeur de l'administration pénitentiaire

Environ 200 participants (personnels pénitentiaires, universitaires, architectes, magistrats, élèves) se sont rassemblés sur le site de l’école afin d’aborder les principales problématiques liées à la construction des établissements pénitentiaires. Quatre délégations étrangères ont pris part à ces travaux en apportant leur riche expérience : la secrétaire d’Etat à la réhabilitation sociale de l’Equateur, le directeur de l’administration pénitentiaire roumaine, le directeur général de la société des infrastructures et équipements pénitentiaires d’Espagne, le sous-directeur des infrastructures de la direction générale de l’administration pénitentiaire d’Algérie.

Les différents intervenants (chercheurs, architectes, administration centrale, utilisateurs…) ont abordé le processus de construction d’un établissement pénitentiaire, depuis l’émergence de l’idée, l’élaboration du projet (cahier des charges), en passant par la livraison de l’établissement jusqu’à l’usage que les occupants en font.

La dimension historique a servi d’éclairage sur les deux modèles carcéraux principaux qui influencent encore aujourd’hui la construction des établissements.

L’Agence publique pour l’immobilier de la Justice (APIJ) a présenté son programme de construction d’établissements pénitentiaires français depuis trois décennies (1980 à 2010) ainsi que les diverses contraintes auxquelles elle est soumise.

D’autres interventions ont permis d’évoquer l’influence de l’architecture carcérale sur le vécu des détenus et sur les pratiques professionnelles des personnels pénitentiaires.

Il en ressort que la concrétisation d’un projet de construction d’un établissement pénitentiaire met en jeu diverses logiques politiques, économiques, sécuritaires, culturelles et technologiques qui permettent de comprendre les adaptations, les ajustements et les modifications survenus entre le projet lui-même et l’établissement habité.

Durant le colloque, de nombreux supports ont été proposés aux participants parmi lesquels un film réalisé par l’APIJ sur la construction des établissements pénitentiaires, un reportage photo sur la Souricière du palais de Justice de Paris réalisée par l’Enap, le film « D’une prison l’autre » produit par Laurence Milon et le film « De Saint Michel à Seysses : des mots et des murs » réalisé par l’Enap. Cette diversité de supports a nourri les échanges dont la qualité a été unanimement soulignée.

Les participants ont découvert les expositions en lien avec la thématique :

« Mémoires de prison »

Cette exposition retrace les grandes dates qui ont marqué l’histoire pénitentiaire depuis l’Ancien régime. Montrant les évolutions du système pénitentiaire et de la législation pénale dans notre pays, elle se veut pédagogique tout en visant un large public grâce à une riche iconographie.

Exposition de plans et de photos anciennes

Cette exposition présente la prison des XIXème et XXème siècles, au travers de plans et de photographies extraits des fonds du centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines.

« La vie en prison »

A partir de l’exemple de Meaux Chauconin, cette exposition présente un établissement moderne où les équipements ont été conçus pour améliorer les conditions de vie et d'hygiène des personnes détenues, favoriser l'accueil des familles et les conditions de travail des personnels.

Ouvert par Philippe ASTRUC, Directeur de l’Ecole, la clôture officielle a été assurée par Jean-Amédée LATHOUD, Directeur de l’administration pénitentiaire qui a souligné, entre autres, les progrès significatifs apportés par les nouveaux établissements en terme notamment d’amélioration des conditions de détention et de modernisation des dispositifs de sécurité.

Colloque "les nouvelles figures de la dangerosité"

Ecole nationale d’administration pénitentiaire - 2008

La dangerosité est un terme ancien dont l’apparition correspond à la naissance de la criminologie à la fin du 19ème siècle. Après une éclipse relative, cette notion connaît aujourd’hui un regain extraordinaire chez les professionnels et les experts de la délinquance. Le colloque organisé par l’Enap en janvier 2008 a appréhendé le thème de la dangerosité à travers 4 axes :

  • Causes sociohistoriques de la dangerosité
  • Construction de la dangerosité
  • Représentations de la dangerosité
  • Gestion de la dangerosité

Télécharger le livret des communications

Les actes du colloque ont fait l’objet d’une publication aux éditions L'Harmattan.
 


Colloque "Mineurs délinquants". Agen, 15 et 16 mai 2006

Ecole nationale d’administration pénitentiaire – 2006

Le colloque "mineurs délinquants : une problématique à dimension 2006 européenne" a rassemblé un public de 250 congressistes issus d'administrations, d'institutions, de cultures et de sensibilités différentes, ayant tous un dénominateur commun : le souci de la meilleure prise en charge des jeunes délinquants.

14 experts français et étrangers sont venus présenter leur système et leur expérience. Les membres du Conseil de l'Europe ont rappelé les recommandations européennes en matière de détention des mineurs. 4 stratégies européennes différentes ont été examinées : Suède, Espagne, Grande-Bretagne et Belgique.

Les travaux de ce colloque se sont achevés par la conférence de Jean-Louis Daumas, directeur régional de la PJJ. Il a rappelé l'histoire de la collaboration affirmée entre la PJJ et l'Administration pénitentiaire, et tout le sens que peut prendre l'espace éducatif dans le cadre de l'enfermement.

Télécharger les actes du colloque "mineurs délinquants
 


IX colloque AICLF - Agen, 9, 10 et 11 mai 2004

Ecole nationale d’administration pénitentiaire – 2004

L'Association Internationale des Criminologues de Langue Française (AICLF), en organisant un colloque tous les deux ans, favorise les relations et échanges entre chercheurs, universitaires et praticiens.

Organisé pour la première fois en France et à Agen, du 9 au 11 mai 2004, en partenariat avec les universités de Pau et des Pays de l'Adour, l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) de Toulouse et l'Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) de Bordeaux, le IXème colloque de l'AICLF s'est inscrit pleinement dans une des missions de l'ENAP consistant à contribuer aux réflexions contemporaines sur la criminologie.

Autour du thème « Le phénomène criminel : Nouvelles questions, Nouvelles réponses ? », l'objectif du colloque était d'interroger les stratégies innovantes face au phénomène criminel.

Les contributions et les discussions se sont organisées autour de trois axes majeurs qui ont fait chacun l'objet d'une conférence plénière, suivie d'une série d'ateliers thématiques :

L'organisation des politiques de sécurité

Les thèmes de la gouvernance locale et la police de proximité ont été abordés à partir de l'analyse d'expériences étrangères et françaises en invoquant le bilan de leur implantation et l'impact de leurs effets.
Consulter les résumés des interventions

La sanction du crime

Ce thème a été envisagé à la fois sous l'angle des publics placés sous mains de justice (les jeunes et mineurs délinquants, les femmes, les problèmes de drogues) mais également sous l'angle des dispositifs et de leurs conséquences les violences en détention à partir d'approches internationales et prospectives traitées par la présentation et le questionnement de nouvelles mesures les alternatives à l'incarcération. Enfin la question complexe du sens de la peine : quel sens donnons-nous et voulons nous donner à la peine dans notre société, a été abordé sous la forme d'un atelier transversal.

La restauration de la victime

Si la place des victimes dans la société est aujourd'hui reconnue et acceptée, en France il a fallu attendre ces vingt-cinq dernières années pour que se développe une véritable politique d'aide et d'accompagnement des victimes. La criminologie, elle-même, s'est tardivement intéressée à la victime en tant qu'objet autonome d'étude. Le dernier axe thématique de ce colloque s'est intéressé à ces questions. Les travaux ont porté plus particulièrement sur l'analyse des effets de la sanction du crime, sur la restauration de la victime, sur les procédures de médiation, et sur l'analyse des motifs de l'implication des victimes dans le procès pénal.

Soucieuse de développer son expertise et de participer à l'évolution du champ pénal en facilitant les échanges entre chercheurs, praticiens et professionnels, c'est avec intérêt que l'ENAP a accueilli et participé à l'organisation de cette manifestation.